Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Azerbaïdjan se préparait samedi pour la finale de l'Eurovision dans la capitale. Bakou a mis les bouchées doubles pour montrer à plus de 100 millions de téléspectateurs une image resplendissante de ce pays, tandis que des dizaines d'opposants au régime ont été interpellés.

Ce concours de la chanson très populaire est le plus grand événement jamais organisé par cette ancienne république soviétique au régime très critiqué à l'étranger pour les violations des droits de l'homme. Vingt-six finalistes vont s'affronter à partir de minuit heure locale (21h00 suisses) dans le Palais de Cristal flambant neuf.

Mamies russes favorites

Les "Bouranovskie Babouchki", un groupe de grands-mères russes d'un petit village de la Volga, qui va mélanger dans sa chanson des paroles en anglais, en russe et en oudmourte (langue locale qui se rattache au groupe finno-ougrien) et une chanteuse suédoise, Loreen, qui interprètera une chanson techno-pop avec une danse proche du Kung-Fu, sont parmi les favoris de cette 57e édition.

Un crooner britannique de 76 ans, Engelbert Humperdinck, semble aussi bien placé, de même que les jumeaux irlandais Jedward à la coupe de cheveux verticale, et l'excentrique Rambo Amadeus représentant le Monténégro avec une chanson sur la crise économique. La Suisse ne sera pas présente samedi, le groupe tessinois Sinplus ayant été éliminé lors de la première demi-finale.

Conflit d'intérêt

L'événement est avant tout une vitrine pour le président Ilham Aliev, qui a succédé à son père Heydar Aliev en 2003. Sa femme Mehriban Alieva dirige le comité d'organisation du spectacle et son gendre Emin Agalarov, interprétera des chansons pendant le show.

La journaliste Khadija Ismaïlova de Radio Liberty a par ailleurs mis au jour ce qui semble un conflit d'intérêts entre la famille Aliev et une compagnie impliquée dans la construction du Crystal Hall.

Par ailleurs, de nouvelles interpellations de dizaines d'opposants qui tentaient d'organiser une manifestation pacifique pour réclamer des élections équitables et la liberté de se rassembler. "Plus de 60 manifestants ont été interpellés" et "une dizaine ont été blessés", a indiqué la Chambre publique, un mouvement d'opposition, dans un communiqué.

ATS