Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'eau potable de St-Maurice (VS) peut à nouveau être consommée. Une purge complète, un changement de source d'alimentation et une chloration ont été nécessaires pour rétablir la qualité. Ce n'est pas le cas au Locle (NE). Le canton de Neuchâtel a ouvert une enquête.

En Valais, les prélèvements et les analyses effectuées par le laboratoire cantonal ont confirmé la bonne qualité de l'eau ä St-Maurice, communique jeudi la municipalité sur son site Internet. Une surveillance est maintenue, mais aucun cas d'infection n'a été rapporté.

La commune avait averti mercredi la population que l'eau était impropre à la consommation en raison de la présence de bactéries. Elle a recommandé de bouillir l'eau avant de la consommer. Un événement rare est à l'origine de la présence de bactéries, précise la commune. Touché par la foudre, le système de désinfection par ultra-violet est tombé en panne.

Enquête au Locle

Au Locle, on ignore toujours la cause de la pollution. Les personnes victimes de l'épidémie de gastro-entérite qui a frappé la ville sont invitées à participer à une enquête épidémiologique. Un questionnaire est en ligne sur le site de l'Etat de Neuchâtel. Il s'adresse aux personnes qui ont été malades à partir du 23 juillet.

Le lancement de cette enquête, révélé par le site Internet Arcinfo.ch, fait suite à une demande du médecin cantonal en application de la loi sur les épidémies. L'enquête "vise à mieux comprendre cette situation particulière dans son déroulement et sur ses causes", écrit le canton de Neuchâtel sur son site.

Les questions portent notamment sur la nature des symptômes, sur les déplacements des personnes tombées malades, sur l'eau utilisée dans le ménage, sur l'attitude face à l'épidémie ou sur la participation à des repas de groupes. Lundi, le médecin cantonal Claude-François Robert avait qualifié l'épidémie d'événement d'extraordinaire d'un point de vue sanitaire.

Environ 10% de la population a été atteinte à des degrés divers par l'épidémie de gastro-entérite, selon une estimation. Le réseau d'eau du Locle a été infecté par la bactérie fécale Escherichia coli. Mais l'origine de la contamination n'est toujours pas connue. L'eau du robinet doit toujours être bouillie avant d'être consommée.

Tessin aussi touché

Le Tessin est désormais aussi touché par le phénomène. Des bactéries ont contaminé le réseau et une interdiction de boire de l'eau non bouillie a été édictée dans certaines communes, dont des quartiers de Lugano. La population n'est pour l'heure pas touchée par des maladies, a indiqué à l'ats un porte-parole du fournisseur d'eau AIL, confirmant des informations de médias tessinois.

ATS