Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les eaux ont commencé à envahir vendredi les premiers quartiers nord de Bangkok. Un peu plus tôt, la premier ministre thaïlandaise, aux prises avec des inondations incontrôlables, avait demandé aux habitants de la ville de déplacer leurs biens sur des hauteurs.

Yingluck Shinawatra a conseillé aux 12 millions d'habitants de la capitale de mettre leurs valeurs à l'abri, notamment aux étages supérieurs des habitations. Une mesure indispensable après avoir fait ouvrir la veille les écluses, pour évacuer la masse d'eau qui inonde depuis plusieurs jours une immense plaine au nord de Bangkok.

Plusieurs quartiers sous l'eau

Plusieurs quartiers étaient inondés à une quinzaine de kilomètres au nord du centre-ville, suite au débordement d'un canal. "L'eau continue à monter. Ca ne décroît pas du tout. Ca continue à s'étendre", a indiqué en fin de journée Phumpat Damrongkiatisak, responsable administratif du district de Don Mueang, dont plusieurs kilomètres carrés sont noyés.

Et dans l'est de la capitale, encore au sec, le niveau de l'eau se rapprochait dangereusement du haut des digues.

Plus de pouvoir aux militaires

Le gouvernement, qui subit son premier vrai test depuis sa prise de pouvoir en août, aura beaucoup travaillé pour empêcher la capitale d'être gagnée par les eaux après une mousson surabondante qui a déjà tué plus de 750 personnes en Asie du Sud-Est, dont 342 en Thaïlande.

Mme Yingluck a promis de dégager les axes de communication majeurs, notamment les voies express surélevées, sur lesquels des habitants ont garé leurs véhicules. Elle a renforcé la sécurité du Palais royal et de l'aéroport international Suvarnabhumi.

L'opposition a toutefois réclamé l'état d'urgence pour donner plus de pouvoir aux militaires et permettre notamment les évacuations de force.

ATS