Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Vue générale de la mine de diamants; l'espoir de retrouver des survivants parmi les disparus est plutôt mince.

KEYSTONE/EPA ALROSA PRESS SERVICE/ALROSA PRESS SERVICE HANDOUT

(sda-ats)

L'eau monte dans la mine sibérienne de diamants du groupe russe Alrosa où huit employés restent portés disparus depuis vendredi. L'aggravation de l'inondation complique les opérations de secours, ont indiqué jeudi la société et les autorités.

"Le niveau de l'eau (...) continue de monter. Les eaux souterraines remplissent progressivement les carrières", ont indiqué Alrosa et l'antenne sibérienne du ministère des Situations d'urgence dans un communiqué commun.

Le contenu d'une carrière remplie de 300'000 m3 d'eau s'est déversé vendredi dernier dans la mine Mir en Iakoutie. Si 143 mineurs ont pu être évacués, huit autres demeurent portés disparus et des dizaines de secouristes spécialisés sont mobilisés pour tenter de les retrouver.

Une semaine

Un secouriste y dit craindre que les mineurs ne puissent survivre qu'une semaine à neuf jours dans ces conditions, avec peu d'eau et sans nourriture.

"Je veux vous assurer que la compagnie entreprend toutes les mesures possibles et impossibles visant à débloquer les mineurs. Ne croyez pas à certaines informations selon lesquelles le groupe a suspendu les opérations de recherche ou manque d'équipements", a assuré le directeur général Sergueï Ivanov dans une vidéo diffusée par l'entreprise.

"Tout ce qu'il est possible de faire est en train d'être fait", ajoute-t-il, assurant que des compensations seraient versées aux familles "quelle que soit l'issue des opérations de sauvetage."

Nouveau plan d'action

Des pompes très puissantes ont été installées pour tenter d'empêcher la montée des eaux; mais sans succès. "La situation est compliquée: il y a de nombreux éboulements, de gros bouchons d'argile, a expliqué un ministre adjoint du ministère des Situations d'urgence, Vladlen Axionov, cité dans le communiqué.

"La plupart des carrières sont entièrement inondées. Mais nous poursuivons les opérations de secours", a-t-il ajouté

Face à l'impossibilité de procéder aux opérations de secours, la société a indiqué jeudi avoir mis au point un nouveau plan d'action. Il vise à isoler hermétiquement la mine de la carrière, qui ressemble à un immense cratère, en plaçant des objets volumineux pour obstruer le goulot au fond.

Exploité depuis 1958

La mine souterraine "Mir" se situe sur un gisement exploité depuis 1958 en République de Sakha, nom officiel de l'immense région de Iakoutie, dans l'Extrême Orient russe, à plus de 4000 kilomètres à l'est de Moscou.

Il s'agissait d'une vaste carrière à ciel ouvert jusqu'en 2001. Puis l'exploitation a repris en 2009 sous la forme d'une mine souterraine qui produit aujourd'hui un million de tonnes de minerai par an, soit environ 10% de la production d'Alrosa.

Le Comité d'enquête russe, organe chargé des principales affaires, a annoncé lundi l'ouverture formelle d'une enquête pour identifier d'éventuelles violations des mesures de sécurité, un délit passible de trois ans de prison.

ATS