Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le spectromètre portatif permet des analyses de gaz en temps réel, ici sur le lac de Soppensee (LU).

Eawag

(sda-ats)

Il s'appelle "Mini-Ruedi" et pèse treize kilos: c'est un spectromètre de masse portatif créé par l'Institut de recherche sur l'eau Eawag. Des analyses de gaz qui prenaient des mois en laboratoire peuvent être faites en un temps record sur le terrain.

Une fois installé sur place, Mini-Ruedi analyse les gaz immédiatement à partir de très petits échantillons. "De cette façon, il ne modifie pas le milieu des prélèvements", explique Matthias Brennwald, le physicien de l'environnement à l'Eawag qui a développé l'engin, cité mardi dans un communiqué de l'institut.

L'appareil livre des données sur les différents gaz à intervalles de quelques minutes. Il est ainsi possible d'identifier immédiatement les lieux et les moments qui conviennent le mieux à l'échantillonnage.

De même, il autorise des analyses beaucoup plus étendues qu'autrefois. "Certaines études qui n'étaient autrefois pas envisageables parce qu'elles demandaient des mois de travail et des moyens financiers trop élevés sont aujourd'hui possibles", indique M. Brennwald.

Quinze jours au lieu de six ans

Ainsi, il n'a fallu que quinze jours à une équipe de l'Eawag pour analyser des eaux souterraines australiennes avec le Mini-Ruedi. M. Brennwald estime que le temps nécessaire aurait été d'environ six ans avec une approche et un appareillage classiques.

Et l'exactitude des mesures l'a surpris: les écarts sont au maximum de 1 à 3%. Avec les spectromètres statiques de laboratoire, beaucoup plus chers, la précision atteinte est de 1 à 1,5%.

Par ailleurs, l'appareil ne consomme que l'équivalent d'une ancienne ampoule électrique et il nécessite très peu de maintenance. "Si on a l'habitude des appareils de mesure, il ne faut qu'une journée pour apprendre à s'en servir", selon M. Brennwald.

Huit autres appareils

Il y a maintenant un peu plus de deux ans que le premier projet avec Mini-Ruedi a vu le jour et huit autres appareils sont aujourd'hui venus compléter l'assortiment: cinq sont utilisés par l'Eawag et quatre par les universités de Genève et de Tübingen (D) ainsi que par le laboratoire souterrain du Mont Terri (JU).

L'appareil détecte actuellement le crypton, l'azote, l'oxygène, le dioxyde de carbone et le méthane mais la liste s'allonge de jour en jour.

En dehors des projets de l'Eawag, Matthias Brennwald est régulièrement contacté par des institutions souhaitant éventuellement acquérir un appareil. Il a donc décidé, avec l'accord de l'Eawag, de créer une spin-off universitaire, appelée Gasometrix.

Elle développe les spectromètres de masse portatifs depuis le mois d'avril et un premier client a déjà été acquis: l'Université d'Oxford. L'appareil a fait l'objet d'un article dans la revue Environmental Science & Technology.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS