Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La zone euro est entrée en récession au troisième trimestre pour la deuxième fois en trois ans. Un nouveau signe de la dégradation de l'économie en Europe au moment où la contestation monte contre l'austérité, accusée d'être responsable de l'aggravation de la crise.

Le produit intérieur brut (PIB) de la zone euro a reculé de 0,1% au troisième trimestre, après s'être déjà replié de 0,2% au cours des trois mois précédents, selon une première estimation jeudi de l'office européen de statistiques, Eurostat.

Une récession est constatée lorsque le PIB se contracte lors de deux trimestres consécutifs. Après le déclenchement de la crise financière de 2008, la zone euro était tombée en récession, avant de renouer avec la croissance au troisième trimestre 2009.

Plan d'austérité en cause

Le retour en récession de la zone euro ne constitue guère une surprise, compte tenu de la violence de la crise de la dette. Mais l'austérité imposée pour tenter d'y mettre fin semble également en cause.

Du Fonds monétaire international (FMI) à l'Institut de la finance internationale (IIF) - le représentant des 400 plus grandes banques mondiales - en passant par la rue, les voix s'élèvent pour dénoncer les effets pervers des mesures drastiques de réduction des dépenses budgétaires.

Début octobre, le FMI avait reconnu avoir sous-estimé l'impact sur la croissance des plans d'austérité dans les pays européens sous assistance financière comme la Grèce.

Long et douloureux

Devant un parterre de banquiers grecs, le patron de l'IIF, l'Américain Charles Dallara, a estimé mercredi que "l'austérité seule condamne non seulement la Grèce, mais l'intégralité de l'Europe à la probabilité d'une ère douloureuse".

Les chiffres publiés jeudi "confirment que l'économie de la zone euro a un besoin criant de relance macroéconomique", estime Martin Van Vliet, d'ING. L'horizon a peu de chances de s'éclaircir à court terme, la plupart des économistes tablant sur un maintien de la zone euro en récession au quatrième trimestre, voire une aggravation de la situation.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS