Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Rome - Dans la tourmente des scandales de pédophilie, l'Eglise catholique a riposté avec vigueur lors du Vendredi Saint. Le prédicateur du Vatican a provoqué une vague de protestations en comparant indirectement les attaques contre l'église à l'antisémitisme.
Cependant, dans la soirée du Vendredi Saint, des milliers de personnes ont assisté dans le centre historique de Rome au chemin de croix, qui commémore le martyre et la mort du Christ. Comme l'an dernier, Benoît XVI, qui aura bientôt 83 ans, a présidé la célébration depuis la terrasse du Mont Palatin, sans participer au parcours. Il n'a pris la croix en bois qu'à la toute fin.
Pendant cette cérémonie retransmise en mondiovision dans une soixantaine de pays, le pape a appelé à l'espérance qui vient de la "lumière fulgurante de la résurrection". "Nos échecs, nos déceptions, nos amertumes, qui semblent marquer l'écroulement de tout, sont illuminés par l'espérance", a-t-il ajouté.
Auparavant, au cours de la liturgie de la Passion du Christ à la basilique Saint-Pierre, présidée par Benoît XVI, le père Raniero Cantalamessa a suscité une nouvelle polémique.
Notant que, cette année, la Pâque juive et les Pâques catholiques tombent la même semaine, il a rappelé que tout au long de l'histoire les juifs avaient été victimes de "violences collectives" et il a établi une comparaison avec les attaques actuelles contre l'Eglise. Le prédicateur de la maison pontificale a ensuite donné lecture d'une lettre de "solidarité" au pape et à l'Eglise, qu'il a dit avoir reçu d'un "ami juif".
"Je suis avec dégoût l'attaque violente et concentrique contre l'Eglise (et) le pape", écrit l'auteur de la lettre cité par le prélat. "L'utilisation du stéréotype, le passage de la responsabilité et de la faute personnelles à la faute collective me rappellent les aspects les plus honteux de l'antisémitisme".
Aux Etats-Unis, une association de victimes de prêtres pédophiles a jugé que ces déclarations constituaient "une insulte aussi bien pour les victimes d'agressions sexuelles que pour les juifs". Le rabbin Gary Greenebaum, chargé des relations interreligieuses au sein de l'American Jewish Comittee, les a qualifiées de "malvenues".
"Honte au père Cantalamessa", a réagi Elan Steinberg, vice-président de l'American Gathering of Holocaust Survivors and their Descendants. "Le Vatican a le droit de se défendre, mais la comparaison avec les persécutions antisémites est choquante et insoutenable. Nous sommes cruellement déçus", a-t-il dit à Reuters.
"Ces propos blessants ont été tenus en présence du pape et le pape devrait en assumer lui-même la responsabilité et présenter des excuses", a déclaré le rabbin Marvin Hier, du Centre Simon Wiesenthal.
Le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, a déclaré à l'AFP qu'il s'agissait "d'une lettre lue par le prédicateur, et non pas de la position officielle du Vatican".
Au moment de célébrer Pâques, sa principale fête, l'Eglise catholique traverse l'une des périodes les plus délicates de son histoire, secouée par des scandales d'abus sexuels sur des mineurs commis par des prêtres et des religieux, souvent couverts par leur hiérarchie, en Europe et aux Etats-Unis. Mais Benoît XVI a également reçu vendredi de nombreux messages de solidarité.
Samedi, le pape dirigera la veillée pascale en la basilique Saint-Pierre. Dimanche, il adressera aux fidèles son message pascal et la traditionnelle bénédiction "Urbi et Orbi".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS