Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Caire - Une conférence pour la restitution des antiquités "volées" s'est ouverte au Caire. L'Egypte a appelé à l'unité des pays qui veulent récupérer des pièces importantes de leur patrimoine dispersées à travers le monde.
"Nous devons nous unir, coopérer, nous battre ensemble. Jusqu'à présent nos pays, spécialement l'Egypte, ont trop souffert seuls" dans ce combat, a déclaré le chef du Conseil suprême des antiquités égyptien (CSA).
Il a appelé les pays participants à présenter des listes de pièces parties à l'étranger dont le rapatriement est jugé prioritaire. L'Egypte place en tête le buste de la reine Néfertiti exposé à Berlin, et la pierre de Rosette, qui permit de déchiffrer les hiéroglyphes, détenue par le British Museum de Londres.
La représentante de la Grèce, chef du service de protection des biens culturels, a elle aussi souhaité que cette conférence "montre l'importance que nous attachons à ce sujet, et nous permette de conjuguer nos forces".
Elle a confirmé que la restitution de la partie des frises du Parthénon détenue par le British Museum, pour laquelle Athènes se bat depuis trente ans, restait la priorité des autorités grecques.
Des pays comme la France, l'Allemagne ou la Grande-Bretagne, régulièrement montrés du doigt par l'Egypte en matière de détention d'antiquités pharaoniques, ne sont pas présents dans la conférence.
La Confédération n'est également pas présente. Cette réunion est destinée aux pays "qui ont vu leur patrimoine pillé de manière importante au cours de l'Histoire. La Suisse n'est pas dans cette situation", a expliqué une porte-parole de l'Office fédéral de la culture (OFC).

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS