Toute l'actu en bref

Quelques centaines de civils ont pu fuir les combats dans la vieille ville de Mossoul (archives).

KEYSTONE/EPA/OMAR ALHAYALI

(sda-ats)

L'armée irakienne a annoncé mardi avoir achevé l'encerclement des combattants de l'organisation Etat islamique retranchés dans la vielle ville de Mossoul. Des centaines de civils fuyaient les zones de combat.

Cet encerclement a été rendu possible par la capture du quartier d'Al Chifaa, situé le long de la rive occidentale du Tigre, explique l'armée dans un communiqué. L'armée irakienne estime à 300 au maximum le nombre de combattants de l'EI encore retranchés à Mossoul, sur les quelque 6000 qui contrôlaient la ville au début de l'opération de reconquête il y a neuf mois.

Le général Abdel Ghani al-Assadi, un commandant des forces du contre-terrorisme (CTS), a déclaré que la bataille se poursuivait comme prévu mais que les progrès étaient lents dans la vieille ville. Les ruelles étroites et densément peuplées rendent la progression très difficile.

"Résistance farouche"

Selon le général, "la résistance (des djihadistes) est farouche parce que c'est leur dernière place forte". "Ils n'ont plus rien à perdre". Il a en outre souligné que des centaines d'habitants fuyaient les violences dans la vieille ville précisant que quelque "400 civils" l'avaient fait lundi avec l'aide des forces irakiennes.

Quelque 100'000 civils sont "retenus comme boucliers humains" dans la vieille ville de Mossoul, selon l'ONU.

Les forces gouvernementales, qui reçoivent un soutien crucial de la coalition internationale conduite par les Etats-Unis, ont lancé dimanche l'assaut contre la vieille ville pour chasser les djihadistes de leur dernier grand fief urbain dans le pays.

Mort de deux journalistes

Mardi, les forces de la police fédérale ont indiqué dans un communiqué qu'elles poursuivaient leur progression sur le front sud avec l'aide d'armes lourdes et qu'elles avaient encerclé un hôpital à la périphérie nord de la vieille ville. Les forces irakiennes sont confrontées à des tirs nourris au mortier et de snipers, sans compter les nombreuses bombes artisanales posées par les djihadistes.

Un journaliste français, Stephan Villeneuve, blessé lundi par l'explosion d'une mine à Mossoul, a succombé à ses blessures, a annoncé mardi France Télévisions. Deux autres journalistes français qui l'accompagnaient ont été blessés et le journaliste kurde Bakhtiyar Haddad a été tué, selon la direction de l'information de France Télévisions et Reporters sans frontières.

ATS

 Toute l'actu en bref