Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Nous sommes prêts à poursuivre la phase décidée le 30 mars et à trouver des solutions", a dit l'ELN sur Twitter. Cette annonce intervient deux jours après la signature d'un accord de paix entre Bogota et les rebelles des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) (archives).

KEYSTONE/AP/JENNIFER ALARCON

(sda-ats)

La guérilla marxiste de l'ELN (Armée de libération nationale) est disposée à engager des discussions avec le gouvernement colombien et résoudre les difficultés qui ont retardé l'ouverture de négociations. Elle l'a fait savoir mercredi.

"Nous sommes prêts à poursuivre la phase décidée le 30 mars et à trouver des solutions", a dit l'ELN sur un de ses comptes Twitter. Cette annonce intervient deux jours après la signature d'un accord de paix entre Bogota et les rebelles des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc). Le texte doit permettre de mettre fin à un conflit qui aura duré un demi-siècle et fait 250'000 morts.

L'ELN et le gouvernement de Juan Manuel Santos ont annoncé en mars l'ouverture de négociations. La poursuite des enlèvements et des attaques par le mouvement rebelle ont toutefois retardé les discussions. Juan Manuel Santos a appelé mardi l'ELN, deuxième groupe armé le plus important du pays avec environ 2000 combattants, à libérer les otages et à enclencher un processus de négociations.

Inspirée par la révolution cubaine de 1959, l'ELN a combattu une douzaine de gouvernements colombiens depuis sa fondation en 1964 par des prêtres catholiques favorables aux thèses marxistes-léninistes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS