Toute l'actu en bref

Les autorités de poursuite internationales ont porté un coup à la pédocriminalité. En Suisse, 42 personnes ont été arrêtées (photo symbolique).

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

La vaste enquête internationale sur un site de pornographie infantile rendue publique vendredi touche aussi la Suisse. Selon L'Office fédéral de la police (fedpol), les investigations des Etats-Unis ont mené à 42 arrestations et procédures pénales.

Les Etats-Unis ont en tout signalé 46 cas suspects à Berne, a dit dimanche à l'ats la porte-parole de fedpol Cathy Maret. Elle revenait sur une information de la SonntagsZeitung. Ces signalements ont mené à 42 arrestations et procédures pénales. Mis à part fedpol, 14 corps de polices cantonales et municipales ont été impliqués.

La vaste enquête internationale, baptisée opération "Pacifier" ("Tétine"), a débouché sur près de 900 arrestations dans le monde, ont annoncé vendredi la police américaine et l'Office de police criminelle européen (Europol). Quelque 300 enfants victimes ont pu être identifiés.

Cette enquête de plus de deux ans a été menée dans le prolongement du démantèlement en 2015 du site "hautement sophistiqué" Playpen, dont le fondateur et gérant, un homme de Floride nommé Steven Chase, a été condamné cette semaine à 30 ans de prison, a précisé le Bureau fédéral d'enquête (FBI) américain.

Violeur démasqué

La majorité des procédures pénales visent des consommateurs de pornographie infantile. Mais selon Mme Maret, des crimes à caractère sexuel plus graves ont aussi été découverts au cours de l'opération. Par exemple, un viol commis il y a dix ans a pu être élucidé. Ce pédophile, démasqué par le FBI, se trouve en détention provisoire en Suisse. Au total, douze délits sexuels lui sont imputés.

Dans la lutte contre la diffusion de contenus pédophiles sur Internet, le nombre d'annonces de soupçons a fortement augmenté en Suisse, a indiqué à l'ats Cathy Maret. Elle confirmait des informations de la Zentralschweiz am Sonntag et de l'Ostschweiz am Sonntag.

Cette hausse résulte des nombreux indices provenant du FBI. L'année passée, Europol a reçu des Etats-Unis 3000 informations concernant des Suisses en lien avec de la pornographie infantile présumée, a dit Mme Maret. L'agence européenne livre ensuite le matériel à la Suisse. Fedpol examine alors ces données et les transmet aux autorités judiciaires cantonales.

A l'origine des informations recueillies aux Etats-Unis se trouvent les fournisseurs d'accès à Internet, qui filtrent tout le trafic des données. Lorsqu'un contenu suspect est repéré, les fournisseurs préviennent les autorités américaines, qui transmettent les informations apparemment en masse à la police fédérale suisse.

Le plus grand réseau

Playpen, estimé être le plus grand réseau de partage en ligne de documents pédophiles, avec plus de 150'000 utilisateurs, avait été créé en août 2014. Ce réseau "darknet" utilisait des protocoles spécifiques intégrant des fonctions d'anonymisation.

L'enquête du FBI sur Playpen n'a pas été exempte de controverses. L'agence a pour parvenir à ses fins piraté des milliers d'ordinateurs dans plus de cent pays, ce qui avait hérissé des organisations de défense des libertés. Le FBI avait ensuite géré lui-même le site pédophile durant une douzaine de jours, afin d'identifier ses membres, ce que beaucoup ont dénoncé comme un abus.

Steven Chase avait été interpellé le 19 février 2015, un mois après que les policiers américains eurent lancé leur opération "Pacifier" pour traquer les utilisateurs et fournisseurs de photos et vidéos du site Playpen.

Europol s'est lui chargé de vérifier et croiser les données pour identifier des coupables présumés en Europe. Un total de 368 suspects ont été arrêtés ou condamnés en Europe, a annoncé Europol vendredi.

Aux Etats-Unis, l'enquête a permis 350 arrestations, dont 25 producteurs de pornographie enfantine et 51 personnes accusées d'avoir agressé sexuellement des enfants. Deux collaborateurs directs de Steven Chase ont reçu chacun une sentence de 20 ans de réclusion. Le nombre d'arrestations à l'extérieur des Etats-Unis se monte à 548, a précisé le FBI.

ATS

 Toute l'actu en bref