Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tennis - L'Espagne vise un cinquième triomphe en Coupe Davis ce week-end à Séville. Elle accueille l'Argentine dans une finale apparemment déséquilibrée.
Titrée en 2000, 2004, 2006 et 2009, l'Espagne, qui reste sur une série de vingt matches gagnés à domicile, aborde cette finale dans la peau du favori par la seule présence de Rafael Nadal. Malgré un Masters décevant - il n'a pas passé le cap du round-robin -, le no 2 mondial devrait parfaitement tenir le choc sur la terre battue du Stade Olympique de Séville. En Andalousie fort du soutien de près de 20 000 spectateurs, on voit mal comment Rafa pourrait perdre un simple.
C'est d'ailleurs Rafael Nadal qui ouvrira les feux. Ce vendredi à partir de 14h00, il sera opposé à Juan Monaco. Les Argentins ont, en effet, sagement renoncé à aligner David Nalbandian. Il entendent préserver le joueur de Cordoba pour le double et un éventuel dernier simple décisif dimanche face à David Ferrer.
Le calcul des Argentin est celui de toutes les équipes appelées à affronter l'Espagne à l'extérieur: gagner le double et les deux simples contre David Ferrer. Si le double semble effectivement à la portée du duo Nalbandian/Schwank dans la mesure où Feliciano Lopez et Fernando Verdasco avaient livré un match pitoyable en demi-finale contre la France, marquer deux points contre David Ferrer est beaucoup plus ardu. Demi-finaliste du Masters, le Valencien est un grand joueur de Coupe Davis. Il l'a prouvé cet été en battant Andy Roddick et Mardy Fish face aux Etats-Unis dans un quart de finale disputé en indoor à Austin. Il n'a pas perdu un seul des onze simples en Coupe Davis qu'il a joués sur terre battue !
Trois ans après s'être inclinée en finale à Mar del Plata face à des Espagnols pourtant privés de Rafael Nadal, l'Argentine brûle de revanche. L'exploit n'est pas impossible. Il dépend en grande partie de Juan Martin del Potro. Le Champion de l'US Open 2009 sera-t-il capable de battre David Ferrer vendredi pour permettre à ses couleurs de rester à la hauteur de l'Espagne ? Ce deuxième simple sera bien le match le plus important de cette finale. S'il le gagne, David Ferrer ouvrira une voie royale à l'Espagne.

ATS