Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le gouvernement espagnol a annoncé jeudi un calendrier détaillé de réformes économiques et un projet de budget privilégiant la baisse des dépenses. Une démarche qui vise aux yeux des observateurs à anticiper sur les conditions d'une aide financière extérieure jugée toujours plus probable.

Les dépenses des ministères seront amputées de 8,9% l'an prochain pour réduire le déficit budgétaire, l'un des plus élevés de la zone euro rapporté au poids de l'économie. La préparation du budget par le gouvernement de Mariano Rajoy a été compliquée par la baisse des recettes fiscales, conséquence de la récession prolongée qui frappe le pays.

Foyer de la crise

Le gouvernement a néanmoins assuré que ces recettes dépasseraient cette année les prévisions initiales et qu'elles augmenteraient de 3,8% l'année prochaine. Les mesures de réduction des dépenses publiques représenteront 0,77 point de produit intérieur brut (PIB) l'année prochain tandis que l'ajustement des recettes atteindra 0,56 point de PIB.

L'Espagne, quatrième économie de la zone euro, est depuis plusieurs semaines le principal foyer de la crise de la région. Les investisseurs craignent en effet de voir Madrid perdre le contrôle de ses finances publiques et doutent de la capacité de Mariano Rajoy, le chef du gouvernement, à prendre la totalité des mesures nécessaires, forcément impopulaires.

Madrid continue d'étudier les conditions d'un éventuel plan d'aide européen qui permettrait à la Banque centrale européenne (BCE) de mettre en oeuvre son nouveau plan d'achats d'obligations souveraines afin de faire baisser les coûts de financement de la dette publique espagnole.

Efforts salués par Bruxelles

La vice-présidente du gouvernement, Soraya Saenz de Santamaria, a souligné que le gouvernement présenterait 43 réformes économiques au cours des six prochains mois. Une réforme des retraites - l'un des principaux postes de dépenses de l'Etat - doit notamment être lancée avant la fin de cette année.

Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, a salué les annonces espagnoles en notant que les réformes envisagées allaient au-delà de ce que Bruxelles avait demandé à Madrid. Les premières réactions des investisseurs étaient plus circonspectes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS