Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Une équipe d'Espagne méconnaissable en première période, retrouvée mais toujours laborieuse en seconde, a arraché sur le fil le match nul (2-2) face au Costa Rica mardi, à San José, en match amical.
Les champions du monde et d'Europe sont allés chercher ce résultat nul au courage, après une première période catastrophique, marquée par un nombre inhabituel de pertes de balles et d'erreurs en défense.
Les hommes du sélectionneur Vicente Del Bosque ont toutefois fait preuve de caractère et d'une grosse endurance physique pour revenir au score face à un Costa Rica volontaire et très bien organisé.
Casillas notamment, qui est devenu avec ce match le plus capé de tous les joueurs espagnols (127 sélections), devrait garder de cette rencontre un souvenir assez contrasté. Le gardien espagnol s'est en effet rendu coupable d'une grosse erreur qui aura permis aux locaux d'ouvrir la marque.
A la 30e minute, le gardien madrilène manquait complètement sa sortie face à Brenes, donnant carrément le ballon à son adversaire. L'ailier costaricien mettait à profit cette offrande avec une grande lucidité: d'une belle balle piquée, il lobait Casillas et Puyol venu prêter main forte à son capitaine.
Etourdie, l'Espagne n'allait pas tarder à être sonnée quand, sur un contre, le meneur de jeu costaricien Brian Ruiz servait son attaquant Campbell qui, tranquillement, déposait une frappe enroulée du gauche dans le petit filet de Casillas (41e). Décidément, la Roja était dans un jour sans.
En seconde période, les entrées en jeu de Silva et Navas et surtout le réveil d'Iniesta donnaient enfin plus de vivacité à l'Espagne.
Sous une pluie battante, le petit milieu de terrain du Barça ne se déclarait pas vaincu et rappelait l'Espagne à ses responsabilités. Après avoir déjà signé une action de grande classe (60), Iniesta adressait une belle passe en retrait à Silva qui battait enfin le portier costaricien d'une frappe croisée (82e).
Puis Villa, dans le "money time" (90+1), reprenait victorieusement de la tête un centre de Cazorla, permettant aux champions du monde d'arracher in extremis le match nul.

ATS