Toute l'actu en bref

Ce nouvel attentat survient au surlendemain de celui qui avait visé samedi un marché bondé du centre-ville de Bagdad, faisant 29 morts.

KEYSTONE/EPA/ALI ABBAS

(sda-ats)

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué la responsabilité de l'attentat suicide à la voiture piégée commis lundi dans le quartier chiite de Sadr City à Bagdad. L'attaque a fait 32 morts et 61 blessés.

L'agence d'informations Amaq, site lié à l'EI, déclare dans un communiqué diffusé sur internet que l'attaque visait un rassemblement de musulmans chiites, que l'organisation fondamentaliste sunnite considère comme des apostats.

L'EI a pour habitude de mener des attentats contre des civils à Bagdad, même après avoir perdu la plupart des territoires dont il s'était emparé en 2014 au nord et à l'ouest de la capitale irakienne.

Samedi, 29 personnes avaient été tuées lors de trois attentats à la bombe revendiqués par l'EI, commis sur un marché de Bagdad et dans un quartier de l'est de la ville. Et dimanche, une attaque de l'EI contre un barrage près de Najaf (sud) a fait treize morts.

Poursuite des combats près de Mossoul

Depuis le début de l'offensive sur Mossoul, dernier bastion de l'EI en Irak, les forces d'élite irakiennes soutenues par les Etats-Unis ont repris environ un quart de la grande ville du nord. Alors que les combats se poursuivaient lundi, l'EI a visé des positions militaires en dehors du lieu principal des combats, tuant au total 16 membres des forces combattant pour le gouvernement irakien.

Les djihadistes ont attaqué un casernement près de Baïdji, à 180 km au nord de Bagdad, tuant quatre militaires et blessant douze personnes, notamment des combattants de tribus sunnites, apprend-on auprès de la police et de l'armée.

Ils se sont emparés d'armes à cette occasion et ont effectué des tirs de mortier non loin de là, à Chirkat, contraignant les forces de sécurité à imposer un couvre-feu et à fermer des écoles et des bureaux, indiquent les autorités locales et les forces de l'ordre.

A la suite de ces attaques, l'EI a pris le contrôle de trois barrages de sécurité sur la route qui relie Baïdji à Chirkat, selon le maire de Chirkat, Ali Dodah, joint par téléphone. Les tirs de mortiers à Chirkat ont tué deux enfants, a-t-il précisé.

Combattants tribaux exécutés

Par ailleurs, des tireurs ont fait irruption dans un village près d'Oudhaïm, à 90 km au nord de Bagdad, où ils sont exécuté neuf combattants tribaux sunnites en leur tirant une balle dans la tête, apprend-on de source médicale et policière.

Trois combattants de milices chiites pro-gouvernementales ont également été tués et sept blessés lors de l'attaque de leurs positions près d'Oudhaïm, indique la police.

ATS

 Toute l'actu en bref