Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Mgr Jean-Marie Lovey a reçu la presse vendredi à l'évêché (archives).

KEYSTONE/SEDRIK NEMETH

(sda-ats)

L'Evêché de Sion a lancé vendredi un service de la diaconie, autrement dit de la charité. Il se préoccupera plus particulièrement de personnes en situation précaire. De telles structures existent déjà dans d'autres cantons romands.

Ce n'est pas tous les jours qu'un évêque crée un nouveau service diocésain. Mgr Jean-Marie Lovey a profité du lendemain de la Fête Dieu pour lancer devant la presse réunie à Sion le Service diocésain de la diaconie (SDD), dont l'idée a germé il y a un peu plus d'une année.

"La diaconie désigne les oeuvres de charité. L'attention au plus pauvre fait partie de la mission essentielle de l'Eglise", a rappelé Mgr Lovey.

Etant donné les services diocésains déjà existants, celui fraîchement créé se préoccupera essentiellement des personnes exclues ou en situation précaire, des migrants et requérants d'asile, des toxicomanes, des prisonniers ou encore des gens du voyage. Il sera actif "là où l'Eglise est actuellement présente plutôt au niveau local".

Médiateur et aumônier

Pour les gens du voyage, tout est à faire. Le SDD s'inspirera notamment du canton de Vaud qui dispose d'un médiateur Eglise/roms, et de celui de Fribourg qui compte un aumônier des gens du voyage. "Il s'agit d'un chantier pour deux, trois, voire cinq ans", a indiqué l'évêché.

Cinq ou six personnes mandatées par l'évêque composeront le SDD pour une durée de quatre ans renouvelables. Ils assumeront leur nouvelle tâche parallèlement à celles qu'ils mènent déjà. De tels services existent déjà en Suisse romande sous des dénominations différentes, comme dans le canton de Vaud, de Fribourg ou du Jura.

Trient joue le jeux

Dans le même esprit d'aide aux plus défavorisés, l'Evêché de Sion a lancé en novembre dernier la Fondation valaisanne Pape François. Son but est de soulager les plus pauvres en aidant financièrement les oeuvres déjà instituées dans le canton.

A ce jour, elle a récolté quelque 130'000 francs, a indiqué l'abbé Pierre-Yves Maillard. Elle va pouvoir également aider le nouveau SDD.

En mai dernier, la fondation a lancé un appel aux communes valaisannes, les encourageant à renoncer au tir d'un seul de leurs nombreux feux d'artifice du 1er août et à reverser l'argent ainsi économisé à la fondation. Pour l'heure, seule la commune de Trient a répondu positivement.

ATS