Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ancien conseiller d'Etat neuchâtelois Frédéric Hainard démissionne du Parti libéral-radical. De son côté, la section de ce parti à La Chaux-de-Fonds dément dans un communiqué de presse avoir reçu une lettre de démission de sa part.

Il n'était pas aisé d'atteindre l'ex-conseiller d'Etat vendredi. Contacté par texto par l'ats, il a répondu aimablement, mais succinctement: "Il n'y a aucun autre commentaire à faire que ma démission du PLR", confirmant ainsi une information de la RSR.

Le Chaux-de-Fonnier n'a jamais caché son intention de faire son retour en politique. Désormais, il pourrait se présenter sous de nouvelles couleurs lors des élections communales en mai prochain.

Candidat aux communales

Pour mémoire, au mois de septembre, le comité de sa section avait refusé de le faire figurer sur les listes du PLR de la ville de La Chaux-de-Fonds lors des élections communales. Il tranchait ainsi entre trois options: évincer Frédéric Hainard de la section, le conserver mais lui interdire de se présenter au conseil général de la ville en 2012 ou confirmer sa candidature pour les futures élections communales.

Début août, l'ex-conseiller d'Etat avait émis le souhait de se porter candidat aux communales. "J'aime la politique, la politique me démange", avait-il dit à l'ats, estimant que sa profession d'avocat à La Chaux-de-Fonds était compatible avec le conseil général. "On peut faire les deux", avait-il déclaré. Il n'avait pas non plus exclu l'éventualité de créer son propre parti.

Démission

Elu en 2009, à 33 ans, au Conseil d'Etat neuchâtelois, M. Hainard n'y sera resté que de mai 2009 à octobre 2010. Il a été contraint à la démission en raison d'abus de pouvoir exercés dans sa fonction de ministre de l'économie cantonale.

L'ancien conseiller d'Etat a fait parler de lui notamment pour avoir dirigé en personne une vaste opération nocturne de police visant une citoyenne soupçonnée d'abus d'aide sociale. Il est accusé aussi d'avoir favorisé la nomination de son amie, dépourvue des qualifications requises, à un poste en vue au sein de l'administration.

ATS