Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'affaire Skripal avait creusé le fossé entre la Russie et le reste de l'Occident (archives)

KEYSTONE/AP/FRANK AUGSTEIN

(sda-ats)

L'ex-espion russe Sergeï Skripal, découvert empoisonné avec sa fille Ioulia le 4 mars dernier à Salisbury (sud-ouest de l'Angleterre), a pu quitter l'hôpital dans lequel il était soigné. L'information a été confirmée vendredi par le NHS (service de santé public).

Les Skripal avaient été admis au Salisbury District Hospital. "C'est une nouvelle fantastique que Sergeï Skripal se sente assez bien pour quitter l'hôpital", a déclaré vendredi la directrice de l'établissement, Cara Charles-Barks, citée dans un communiqué.

Skripal et sa fille avaient dû être hospitalisés après qu'un agent innervant de conception soviétique, le Novitchok, a été aspergé sur la porte d'entrée de leur domicile. La Grande-Bretagne a jugé hautement probable que la Russie soit derrière cet empoisonnement. Mais Moscou a toujours démenti catégoriquement cette thèse.

L'affaire Skripal a provoqué une crise diplomatique entre l'Occident et la Russie, la plus grave depuis la fin de la Guerre froide avec l'expulsion de dizaines de diplomates de part et d'autre.

Empathie de Poutine

Lors d'une conférence de presse vendredi avec la chancelière allemande Angela Merkel, Vladimir Poutine a ouvertement souhaité le meilleur à l'ex-agent double russe. "J'ai entendu dire aujourd'hui dans les médias qu'il était sorti de l'hôpital. Que Dieu lui donne bonne santé !", s'est exclamé le président russe depuis Sotchi.

"Si un agent toxique militaire avait été employé, cette personne serait morte sur place. Heureusement il est guéri, sorti (de l'hôpital) et j'espère qu'il restera vivant", a ajouté M. Poutine.

"Nous avons proposé à de nombreuses reprises à nos partenaires britanniques d'apporter toute l'aide nécessaire à l'enquête. Il n'y a aucune réaction pour l'instant. Notre proposition reste ouverte", a encore déclaré le président russe.

Dans un communiqué, la police britannique a souligné pour sa part "qu'il s'agit d'une enquête complexe et les détectives continuent de rassembler toutes les preuves pour établir les faits et les circonstances de cette horrible attaque", sans en dire davantage, notamment sur l'emplacement actuel de l'ancien espion russe.

"Dans l'intérêt de la sécurité de Sergueï et de Ioulia, nous ne parlerons d'aucun des dispositifs de protection ou de sécurité en place", a conclu Scotland Yard.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS