Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ex-ministre de la Défense Jean-Pierre Chevènement, ancien membre du Parti socialiste, a annoncé mercredi le retrait de sa candidature à l'élection présidentielle en France. Jean-Pierre Chevènement, 72 ans, s'était engagé dans la course le 5 novembre.

Il est le président d'honneur du Mouvement républicain et citoyen (MRC), un petit parti de gauche se situant dans la mouvance "souverainiste", c'est à dire hostile à l'intégration européenne. Il a ajouté qu'il annoncerait ultérieurement le nom du candidat qu'il soutiendra.

Jean-Pierre Chevènement, compagnon de route de l'ex-président socialiste François Mitterrand, qui fut plusieurs fois ministre, notamment de l'Intérieur, de l'Education nationale et de la Défense, s'était présenté à l'élection présidentielle de 2002. Il avait alors obtenu 5,3% des suffrages.

Sondages très mauvais

Mais les sondages pour l'élection de cette année étaient jusqu'à présent très mauvais pour Jean-Pierre Chevènement. Une enquête TNS Sofrès publiée mercredi lui donnait autour de 0% des intentions de vote.

Dans son communiqué, Jean-Pierre Chevènement rappelle selon lui les quatre "enjeux majeurs" pour la période qui s'ouvre : "monnaie moins chère que l'euro actuel" pour réindustrialiser le pays, organiser la croissance en Europe, souveraineté budgétaire et fiscale restant entre les mains du parlement français, "redresser l'Europe à partir des nations".

ATS