Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Anwar Ibrahim est sorti d'un hôpital de la capitale Kuala Lumpur.

KEYSTONE/AP/SADIQ ASYRAF

(sda-ats)

L'ex-dirigeant de l'opposition malaisienne, Anwar Ibrahim, a été libéré mercredi. Il a obtenu une grâce royale ouvrant la voie à son retour en politique pour succéder au nouveau Premier ministre de 92 ans, Mahathir Mohamad, après une victoire historique aux élections.

Agé de 70 ans, Anwar est sorti d'un hôpital de la capitale Kuala Lumpur où il avait été admis pour une opération à l'épaule sous le régime de la détention. Il a passé trois ans derrière les barreaux pour une condamnation en 2015 à cinq ans de prison pour sodomie, un crime dans ce pays d'Asie du Sud-Est à majorité musulmane.

Souriant, vêtu d'un costume noir, Anwar a salué une foule de journalistes avant de quitter les lieux dans une voiture pour une audience avec le roi de Malaisie. L'ex-opposant devait s'exprimer dans l'après-midi en public avant d'assister à un rassemblement dans la soirée, a indiqué son parti.

Sa libération marque un spectaculaire retournement de situation politique dans ce pays multiethnique de 32 millions d'habitants, après la défaite historique aux législatives du 10 mai de la coalition au pouvoir depuis l'indépendance de l'ex-colonie britannique en 1957, qui était dirigée par Najib Razak, Premier ministre sous lequel Anwar avait été emprisonné.

Les élections ont été remportées contre toute attente par la coalition d'opposition dirigée par Mohamad Mahathir, 92 ans, et soutenue par Anwar. Excédé par l'énorme scandale de détournements de fonds dans lequel est empêtré Najib Razak, Mahathir avait rejoint l'opposition et pris la tête d'une coalition formée de nombreux politiciens qui s'étaient opposés à lui du temps où il était un autoritaire chef du gouvernement (1981-2003).

L'aspect le plus spectaculaire du retour de Mahathir sur le devant de la scène politique a été sa réconciliation avec Anwar, son ex-ennemi juré, en vue de déloger Najib Razak. Lors de la campagne, Mahathir s'était engagé, en cas de victoire aux législatives lui permettant de devenir Premier ministre, a céder la place à Anwar une fois que ce dernier serait libéré.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS