Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ancien président Lula, favori de la présidentielle, n'arrête pas de se ronger les sangs (archives)

KEYSTONE/EPA EFE/PAULO FONSECA

(sda-ats)

Le Tribunal supérieur de justice (STJ) a rejeté mardi à l'unanimité une demande d'"habeas corpus" (recours) de l'ex-président brésilien Lula. Il risque ainsi d'être incarcéré dans quelques semaines tout en restant le favori de la présidentielle d'octobre.

Les cinq magistrats du STJ ont voté le rejet de la demande de Lula, dont l'avenir est désormais suspendu à l'examen d'un autre recours, devant le tribunal de 2e instance de Porto Alegre qui l'avait condamné fin janvier en appel à 12 ans de prison pour corruption.

En 2016, un jugement de la Cour suprême (STF) a déterminé qu'une peine de prison pouvait être appliquée dès l'épuisement des recours en deuxième instance, ce qui serait le cas pour Lula en cas de rejet du recours devant la justice à Porte Alegre.

Ses avocats argumentent pourtant qu'il devrait être maintenu en liberté tant qu'il peut encore faire appel de sa condamnation devant des instance supérieures.

Même si Lula allait en prison, il n'est pas certain qu'il serait déclaré inéligible au scrutin d'octobre, cette décision incombant à la justice électorale. Cette dernière ne serait appelée à se prononcer qu'en juillet, après le dépôt officiel des candidatures.

L'icône de la gauche est accusé d'avoir accepté un luxueux appartement en bord de mer de la part d'une entreprise de construction impliquée dans le gigantesque scandale autour du groupe public Petrobras, ce qu'il nie farouchement.

A 72 ans, il se dit victime d'un complot ourdi par les élites et les médias brésiliens pour l'empêcher de se présenter au scrutin présidentiel et briguer un troisième mandat, après avoir dirigé le pays de 2003 à 2010.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS