Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Lors de la présentation des comptes 2017, le président du Conseil d'administration de l'Hôpital fribourgeois, Philippe Menoud, a annoncé un déficit et des mesures d'économie.

KEYSTONE/CYRIL ZINGARO

(sda-ats)

Malgré une hausse de son activité, l'Hôpital fribourgeois (HFR) termine l'exercice 2017 sur un déficit de 14,6 millions et annonce des mesures d'économies dans la foulée. Les syndicats dénoncent la gestion du Conseil d'administration et sa "culture du secret".

Les comptes 2017 de l'HFR affichent un déficit de 14,6 millions, soit 6,7 millions de plus que prévu au budget, indique mercredi l'établissement dans un communiqué. L'HFR a pourtant connu en 2017 une hausse de son activité par rapport à l'année précédente, aussi bien dans le domaine stationnaire (+1%) qu'ambulatoire (+3,3%).

Selon l'HFR, ce résultat est dû à plusieurs facteurs: d'une part les dépenses continuent d'augmenter alors que les tarifs stationnaires et les recettes du domaine ambulatoire diminuent. Au niveau des charges, "des facteurs générateurs de coûts comme l'augmentation automatique du niveau des salaires (conformément à la loi sur le personnel de l'Etat) jouent un rôle majeur", écrit l'institution.

Pour y remédier, elle annonce notamment la fermeture du bloc opératoire du site de Riaz durant la nuit (19h30 à 07h30) et la centralisation de la stérilisation à Fribourg. Ces mesures devraient permettre d'économiser plus d'un million de francs.

Culture du secret

Les syndicats dénoncent ces mesures d'économies et surtout la manière dont elles ont été prises, sans consultation avec les acteurs concernés. "Le Conseil d'administration continue à travailler seul dans son coin, dans une culture du secret", note mercredi la Fédération des associations du personnel du service public (FEDE) dans un communiqué.

Et le Syndicat des services publics (SSP) de saisir l'occasion pour dénoncer la "brutalité étonnante" du rapport sur la sortie de la loi sur le personnel. L'existence de ce document a été révélée mardi. Réalisé en 2015 sur mandat du Conseil d'Etat, il préconise que le personnel de l'hôpital soit sorti de la loi sur le personnel de l'Etat (Lpers).

Pour la FEDE, une telle mesure ne résoudrait rien et fragiliserait au contraire l'institution. Pour elle, il faut plutôt intervenir du côté de la gestion de l'hôpital, une gestion "complètement aléatoire".

Appel au Conseil d'Etat

"Il est grand temps de poser les problèmes et d'ouvrir un vrai débat sur l'HFR, dont la gestion manque de transparence depuis trop longtemps", renchérit mercredi le PLR fribourgeois dans un communiqué. Et de regretter que le Conseil d'Etat, en tenant ce rapport secret, "pratique la rétention d'informations et refuse d'assumer les responsabilités qui lui incombent".

La FEDE enjoint également le Conseil d'Etat à prendre ses responsabilités. Elle demande la tenue d'Etats généraux de l'HFR qui réunissent autour d'une même table le Conseil d'administration, le Conseil d'Etat et le personnel. Le SSP va plus loin et estime que l'ouverture de "réelles négociations tripartites" ne pourra se faire qu'avec un nouveau Conseil d'administration.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS