Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le premier ministre Stefan Lofven devant le lieu de l'attentat

KEYSTONE/EPA TT NEWS AGENCY/JONAS EKSTROMER

(sda-ats)

Un Ouzbek connu des services de renseignements était en garde à vue samedi après l'attentat de la veille à Stockholm. Les Suédois rendront hommage aux victimes lundi à midi. Le dernier bilan fait état de 4 morts et d'une quinzaine de blessés.

"C'est un homme de 39 ans d'Ouzbékistan", a détaillé samedi en conférence de presse le directeur de la police suédoise, Dan Eliasson, au sujet de l'homme arrêté dans la banlieue nord de Stockholm la veille au soir, après avoir fauché des dizaines de personnes sur Drottninggatan, la rue piétonne la plus fréquentée.

La police a ajouté avoir trouvé dans la cabine du camion, dérobé dans la journée à un livreur, "un engin qui n'y a pas sa place. Nous ne pouvons pas dire ce que c'est à ce stade, si c'est une bombe ou un engin inflammable", a encore déclaré M. Eliasson.

Cet individu "a fait surface dans notre collecte de renseignement dans le passé", a en outre précisé le chef des services de renseignement (Säpo) Anders Thornberg, sans indiquer quels faits exactement étaient reprochés à l'Ouzbek mis en garde à vue, mais apparemment pas des actes liés à des cercles extrémistes.

Pas de revendication

Peu de choses ont filtré à ce stade sur le suspect, entendu sous le régime de suspicion le plus élevé du code de procédure pénale suédois. "Nos soupçons se sont renforcés", a encore indiqué M. Eliasson, sans aller plus dans les détails sur l'individu arrêté.

Interpellé à Märsta, une petite ville du nord de l'agglomération stockholmoise, l'homme est pour l'instant le seul à être mis en cause, même si la police continue d'enquêter sur d'éventuelles complicités.

"Sa page Facebook trahit une sympathie pour le groupe Etat islamique (EI)", a indiqué le directeur de recherche au Centre d'études des menaces asymétriques du Collège de la défense nationale suédoise (CATS), Magnus Ranstorp. Mais samedi aucune revendication de l'attentat de Stockholm n'avait été encore enregistrée.

Hommage lundi à midi

Les drapeaux ont été mis en berne sur le Palais royal, le siège du gouvernement, le parlement et l'Hôtel de Ville de Stockholm. Le pays observera lundi à midi une minute de silence en hommage aux victimes. Une commémoration sera également organisée.

Le Premier ministre Stefan Löfven a déposé des roses rouges à l'endroit de l'attaque, devant le grand magasin où le camion a fini sa course meurtrière. "Nous savons que l'objectif de ce type d'attaque est de diffuser la peur et la haine dans la société et de nous effrayer, mais la Suède s'est montrée sous son meilleur jour en nous aidant les uns les autres, en nous soutenant, en ouvrant nos maisons aux autres", a déclaré M. Löfven devant la presse.

"Cela montre aussi la force qui se trouve dans notre pays. Cette force, personne ne peut nous la prendre. Aujourd'hui, toute la Suède est en deuil mais nous allons traverser cela ensemble", a-t-il dit.

La princesse héritière Victoria est aussi venue fleurir les lieux du drame. "Notre société est bâtie sur une confiance énorme et sur la communauté, le sens de la solidarité", a-t-elle indiqué. "Cela va nous rendre plus forts d'une certaine manière", a-t-elle assuré.

Blessés toujours hospitalisés

La Suède pleurait ses morts, qui n'ont toujours pas tous été identifiés. Les autorités ont annoncé que six blessés avaient pu quitter l'hôpital tandis que dix adultes et un enfant étaient toujours hospitalisés. Deux adultes étaient en soins intensifs.

Mais la vie reprenait lentement ses droits dans la capitale, entre tristesse et fatalisme. Restaient toutefois bien présentes les images insoutenables de la veille pour les témoins de l'attentat.

En route pour la gare centrale, une infirmière a vu le poids lourd traverser un carrefour "à une vitesse immensément élevée". Le camion a parcouru plusieurs centaines de mètres avant de finir son périple encastré dans la façade du grand magasin Åhléns City.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS