Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le collaborateur du Service de renseignement de la Confédération soupçonné de vol de données avait l'intention de vendre des informations à l'étranger, a annoncé jeudi le Ministère public de la Confédération (MPC). Il s'agit d'une grave affaire d'espionnage économique, selon le procureur Carlo Bulletti.

Le parquet fédéral a en outre ouvert une enquête pour pratique d'un service de renseignements politiques et violation du secret de fonction, a précisé M. Bulletti à Berne devant les médias.

Les données volées étaient susceptibles de mettre en danger la sécurité de la Suisse, a ajouté de son côté le procureur général de la Confédération Michael Lauber. Le MPC n'a pas donné plus de précisions concernant le contenu des données volées. "Je peux toutefois imaginer que ces informations avaient une valeur marchande considérable", a noté Carlo Bulletti.

Le Service de renseignements de la Confédération a informé le MPC le 25 mai qu'il suspectait être victime d'un vol de données, a expliqué M. Bulletti. Le soupçon initial émanait de l'intérieur du pays, mais ne provenait pas du MPC, a-t-il précisé. Le Ministère public a alors immédiatement lancé une enquête et mené une perquisition avec l'aide de la Police judiciaire fédérale.

Problèmes psychiques

Le suspect a été arrêté puis placé en détention préventive jusqu'au 5 juillet, a ajouté le procureur. Il s'agit d'un collaborateur du service informatique, qui "avait l'autorisation de manipuler les données". Il a dérobé plusieurs disques durs de données, en plusieurs étapes et sur plusieurs semaines.

Rien n'indique qu'il ait agi avec des complices ou sur incitation de l'étranger, a précisé le Ministère public. Selon ses informations, l'homme souffrait de problèmes psychiques.

Données récupérées à temps

Le MPC n'aurait pas donné d'informations à ce sujet si l'affaire n'avait pas été rendue publique. Il a finalement décidé de s'exprimer afin "d'éviter des spéculations contre la Suisse", a précisé de son côté Michael Lauber.

Le Département fédéral de la défense a indiqué mercredi en fin de journée que les services secrets suisses ont été victimes de vol et qu'une plainte pénale a été déposée contre un collaborateur. Les données dérobées ont été retrouvées par les autorités compétentes, qui ont pu empêcher tout remise à des tiers, a-t-il assuré.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS