Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'effet des avertissements écrits sur les paquets de cigarettes diminue avec le temps. C'est ce que démontre une étude mandatée par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Les images choquantes qui recouvrent les paquets depuis 2010 n'ont pas réussi à renverser la tendance.

En 2006, 37% des fumeurs ont déclaré regarder "toujours" ou "souvent" les avertissements écrits sur les paquets de cigarettes. En 2010, ils n'étaient plus que 26%, d'après les chiffres du monitorage sur le tabac suisse (TBS), rendus publics dans la "NZZ" jeudi.

L'étude s'est également intéressée aux changements du comportement des fumeurs provoqués par les avertissements écrits. Si en 2006, les fumeurs étaient 12% à baisser leur consommation à cause des textes explicatifs, seuls 8% ont changé leurs habitudes pour cette raison en 2010.

Hotline connue

Par contre, le nombre de fumeurs connaissant le numéro de la hotline mise en service par la ligue suisse contre le cancer et l'association pour la prévention du tabagisme a augmenté. De 34% en 2006, leur nombre est passé à 47% en 2010.

Pour l'OFSP, ces résultats sont satisfaisants. "Il ne serait pas réaliste de penser que les fumeurs lisent continuellement les textes d'avertissement", a déclaré à l'ats la porte-parole Mona Neidhard. Il est également logique que les avertissements écrits attirent moins l'attention lorsqu'ils sont accompagnés d'images, a-t-elle ajouté.

Le monitorage sur le tabac, qui calcule également la consommation de tabac tous les quatre ans, est financé par le fonds de prévention du tabagisme et est conduit par l'Institut psychologique de l'Université de Zurich. Près de 10'000 personnes âgées de 14 à 65 ans sont interrogées chaque année en Suisse.

ATS