Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - La sensation s'est produite au Camp Nou. Chelsea, réduit à dix dès la 37e, a arraché un nul miraculeux (2-2) à Barcelone et s'est qualifié pour la finale de la Ligue des champions.
L'équipe de Roberto Di Matteo a signé un authentique exploit et sorti le tenant du trophée, qui n'évolue actuellement plus au niveau exceptionnel de 2011. Barcelone a mené 2-0 après des réussites de Busquets (35e) et Iniesta (43e), mais les Anglais sont revenus dans la partie par Ramires (45e) avant d'égaliser à la 91e par Torres.
Sur la physionomie des deux matches, Chelsea peut vraiment s'estimer heureux. Le Barça a tiré deux fois sur les montants lors de chaque rencontre, et a galvaudé beaucoup d'occasions. Cech, impeccable, a joué un grand rôle dans la qualification des Londoniens pour la deuxième finale de leur histoire, après celle perdue aux tirs au but à Moscou contre Manchester United. Mais la finale du 19 mai à Munich, contre le Real Madrid ou le Bayern, risque d'être plus que compliquée pour Chelsea, qui sera privé de Terry, Ivanovic, Ramires et Meireles, tous suspendus...
En face, Lionel Messi n'a pas évolué au niveau qui est le sien normalement. L'Argentin a été perturbé par son échec sur penalty au début de la seconde période, alors que le score était de 2-1 pour les Catalans.
Les deux équipes devaient rapidement changer un défenseur central, après les blessures de Cahill et Piqué. Barcelone finissait par trouver l'ouverture à la 35e: Alves décalait Cuenca sur la gauche, et le centre en retrait était transformé par Busquets, inhabituel buteur puisqu'il n'avait plus marqué en Ligue des champions depuis décembre 2008. Deux minutes après, John Terry récoltait un carton rouge stupide pour un coup de genou dans le dos de Sanchez, qui en rajoutait un peu.
A dix, et sans sa charnière centrale de base, la tâche de Chelsea devenait plus que compliquée. C'est donc en toute logique que Barcelone doublait la mise à la 43e, sur un décalage de Messi pour Iniesta. Mais la partie rebondissait dans les arrêts de jeu quand les Londoniens fabriquaient un superbe but par Ramires, après une passe lumineuse de Lampard.
Cela forçait les Catalans à aller inscrire une troisième réussite. Ils bénéficiaient dès la reprise d'une occasion en or sous la forme d'un penalty accordé pour une faute de Drogba sur Fabregas: mais Messi expédiait son tir sur la transversale (49e)! Le triple Ballon d'Or semble maudit face à Chelsea, contre qui il n'a jamais marqué.
Les Anglais, pressés, pliaient sans rompre, luttant sur chaque ballon, à l'image de Drogba jouant en position de latéral gauche. La lancinante domination territoriale du tenant du titre ne débouchait pas sur une kyrielle d'occasions. Cech stoppait un essai de Cuenca (62e), avant de dévier sur son poteau une frappe de Messi (83e), décidément malchanceux. Le gardien tchèque sauvait encore sur une frappe de Mascherano (90e) avant que Torres, dans les arrêts de jeu, n'aille signer le 2-2 qui mettait fin aux espoirs du tenant du titre.

ATS