Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les taux d'impositions des sociétés ont continué à fléchir cette année, mais la tendance ralentit, selon une étude de KPMG. La Suisse connaît la même évolution et se trouve toujours bien classée au niveau européen.

Le taux d'imposition mondial est passé de 29,03% en 2000 à 22,96% en 2011, a indiqué KPMG jeudi dans un communiqué. L'an dernier, il se situait à peine en-dessus, à 23,07%. L'Europe est la seule région à avoir connu une légère hausse, de 19,98% à 20,12%. Et ce malgré les importantes baisses de l'imposition des sociétés accordées en Grèce (-4%).

Concernant la Suisse, l'étude de la société d'audit a utilisé le taux moyen de la ville de Zurich pour établir le classement mondial. En procédant ainsi, la Suisse se classe au 13e rang des pays européens et perd même une place par rapport à l'année dernière.

En revanche, si pour obtenir une comparaison plus précise on prend la moyenne arithmétique des cantons, la Suisse conserve le 8e rang avec un taux moyen d'imposition des sociétés de 18,31%.

La moyenne des cantons recule de 0,49% sur un an, essentiellement suite aux baisses d'impôts à Glaris, Fribourg, Uri et Bâle-Ville. Seuls les Grisons affichent une hausse.

Le ralentissement visible en Europe ne devrait se ressentir en Suisse qu'avec un temps de retard, selon KPMG. Les cantons de Lucerne et Neuchâtel ont déjà décidé de réduire l'imposition des sociétés, le premier dès janvier et le second chaque année jusqu'en 2016.

ATS