Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Inde a effectué jeudi avec succès le premier tir d'essai d'un missile de longue portée à capacité nucléaire pouvant frapper la Chine et des pays non asiatiques. Cette avancée majeure place le pays aux portes du groupe fermé des pays détenteurs de missiles balistiques intercontinentaux.

Le missile Agni V, d'une portée de 5000 km (classe IRBM des missiles "intermédiaires" de moins de 6400 kilomètres), a été lancé à 08h05 locales (04h35 en Suisse) depuis une base située en mer au large de l'Etat de l'Orissa (est).

Ce missile de 50 tonnes et de 17 mètres de haut peut atteindre des cibles sur tout le territoire chinois, ainsi que dans le reste de l'Asie et dans certains pays d'Europe, selon les experts.

Seuls les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU (Chine, Russie, France, Etats-Unis, Royaume-Uni) sont actuellement dotés de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM), d'une portée de plus de 5500 km.

"Un impeccable succès"

Le Premier ministre, Manmohan Singh, a félicité les scientifiques pour le lancement réussi du missile, tandis que le ministre de la Défense, A.K. Antony a salué "un impeccable succès", qualifiant le tir "d'avancée majeure dans le programme de missiles de l'Inde", selon des propos cités par son porte-parole.

Pour le chef de l'agence chargée du développement des technologies militaires (DRDO), V.K. Saraswat, il s'agit d'un "événement historique qui honore notre pays dans le domaine de la technologie des missiles". "Nous sommes aujourd'hui une puissance dotée de missiles sans égal dans la plupart des pays du monde", a-t-il ajouté sur la chaîne NDTV.

La troisième puissance économique d'Asie s'est engagée dans un vaste programme d'acquisitions militaires pour moderniser son armée et accroître ses moyens de défense, notamment à l'égard de la Chine.

ATS