Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

New Delhi - Un projet controversé en Inde d'exploitation minière du géant britannique Vedanta dans des forêts considérées comme sacrées par une tribu locale a été rejeté par le ministre de l'Environnement, au motif qu'il menaçait la survie des autochtones. Plusieurs ONG ont salué la "stupéfiante victoire de David contre Goliath".
Le ministre, Jairam Ramesh, a déclaré mardi à la presse que l'autorisation pour le projet d'exploitation d'une mine de bauxite, d'un investissement de 2,7 milliards de dollars, n'avait pas été accordée, conformément à une recommandation du comité indien sur les forêts (FAC), ce qui signifie que le projet est "inopérable".
Les 8000 membres de la tribu des Dongria Kondh de l'Etat de l'Orissa (est de l'Inde) vénèrent la montagne Niyamgiri où la mine à ciel ouvert devait être implantée. Ils considèrent qu'elle abrite leur dieu Niyam Raja, qui veille sur leurs récoltes.
Enorme impact environnementalSelon le rapport du comité remis au ministre, le projet de Vedanta menacerait "la survie même" des Dongria Kondh. Les opérations minières couvrant 7 km2 auraient en outre un énorme impact environnemental risquant d'"altérer drastiquement" l'écosystème et l'approvisionnement en eau de la région.
Dans un long communiqué accablant le projet, le ministre a souligné que les lourds engins utilisés pour l'exploitation minière empêcheraient la tribu d'avoir accès à ses terres ancestrales. Il a également mis en doute la légalité de l'occupation par Vedanta de 26 hectares pour la construction d'une raffinerie.
Similitudes avec "Avatar"Depuis l'annonce du projet en 2005 par le groupe Vedanta, basé au Royaume Uni mais contrôlé par le milliardaire indien Anil Agarwal, les tenants du développement industriel s'opposaient aux défenseurs des intérêts des populations locales et de l'environnement.
L'ONG Survival International, qui milite pour les droits des peuples indigènes, avait même mené une intense campagne médiatique au moment de la sortie du film d'aventure de James Cameron, "Avatar", comparant le sort de la tribu des Na'vi à celui des Dongria Kondh. Dans le film, les Na'vi étaient un obstacle à l'exploitation par de puissants groupes industriels d'un minerai rarissime.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS