Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'indicateur de l'emploi KOF a connu un léger redressement au 4e trimestre 2011, tout en restant dans une zone négative qui rime avec dégradation du marché de l'emploi en Suisse. Il est ainsi passé de -5,2 points (corrigé) à fin octobre à -4,4 points à fin janvier.

La persistance d'une valeur négative "suggère qu'en comparaison annuelle l'emploi en Suisse se dégradera modérement sans doute au cours des mois à venir", a indiqué lundi le Centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ). En première estimation, l'indicateur était ressorti à -4,5 points en octobre dernier.

Recul interrompu

Le point positif, relève le KOF dans son commentaire, est que la baisse a été stoppée, alors que le phénomène tendait à s'accentuer depuis le deuxième semestre 2011. Fin juillet, l'indicateur de l'emploi se situait encore à +3 points. L'automne passé, il avait viré au rouge pour la première fois depuis début 2010.

Pour les experts du KOF, les entreprises portent pour l'heure un jugement un peu plus favorable qu'il y a trois mois sur la situation du moment de l'emploi. Reste que leurs attentes touchant aux prochains mois sont toujours marquées du sceau du pessimisme.

Dans le détail, les derniers mois de l'an passé laissent apparaître une évolution hétérogène. L'indicateur, qui permet d'anticiper le développement sur le marché de l'emploi, a présenté une nette hausse dans l'hôtellerie et le bâtiment, même si ces deux secteurs d'activité sont demeurés dans la zone négative.

Mauvais trimestre pour l'assurance

Le commerce de gros a fait mieux, avec une avancée qui lui a permis de renouer avec un zéro positif. Dans le camp des perdants, le KOF mentionne en premier lieu les assurances, qui ont du coup connu une évolution contraire au trimestre précédent.

Du côté des baisses aussi, mais dans une ampleur moindre, on trouve le commerce de détail et les bureaux d'étude. La catégorie "autres services" présente quant à elle une "valeur toujours clairement positive".

ATS