Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les loyers des constructions neuves sont particulièrement sous pression en Suisse, en raison de prévisions de taux encore plus bas (archives).

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Les prix des maisons individuelles stagnent en Suisse tandis que les volumes des crédits hypothécaires augmentent faiblement. L'indice des bulles immobilières UBS a par conséquent légèrement reculé au premier trimestre 2016.

L'indicateur publié par UBS s'est stabilisé dans la zone de risque à 1,38 point, cédant 0,03 point par rapport au trimestre précédent, indique mercredi la grande banque. Le repli, pour le quatrième trimestre consécutif, de la demande d'appartements en propriété destinés à la location y a aussi contribué.

En effet, la baisse des loyers a entraîné une augmentation du rapport prix d'achat-loyer depuis le début de l'année. En particulier, les loyers des constructions neuves sont sous pression, en raison de prévisions de taux encore plus bas.

Résultat, dans la plupart des communes suisses, les taux bas rendent l'achat d'un logement plus avantageux que la location. En outre, faute de trouver des placements intéressants, les investisseurs intensifient l'activité de construction sur le marché locatif.

Migration nette en baisse

A cela s'ajoute le fait que la migration nette a baissé, selon les régions linguistiques, de 15% à 25%. Du coup, le nombre de logements vacants a continué d'augmenter et les loyers des constructions neuves de chuter dans toute la Suisse.

C'est pourquoi l'attractivité des investissements dans des logements destinés à la location a diminué. Cette forme de placement représente néanmoins toujours 17,7% de toutes les demandes de crédit.

Le marché s'est durci

Depuis la création de l'indice en 2011, la situation du marché du logement en propriété s'est nettement durcie, relèvent encore les experts d'UBS. En 5 ans, l'indice est passé de 0,63 à 1,38 point.

Aujourd'hui, il faut compter 6,2 revenus annuels pour pouvoir acquérir un logement dans le segment de prix moyen, contre 5,5 en 2011. Pour prétendre à acquérir un objet comparable, il faut actuellement 29 loyers annuels contre 27,7 voici 5 ans.

ATS