Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les nuitées hôtelières de touristes suisses en Suisse (ici le jet d'eau de Genève) ont soutenu la consommation en mai (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

En mai, l'indice UBS de la consommation s'est élevé à 1,39 point, dénotant une croissance de la consommation privée légèrement inférieure à la moyenne. L'indicateur a néanmoins été soutenu par les immatriculations de véhicules neufs et les nuitées hôtelières.

Le chiffre d'avril a été légèrement revu à la baisse, passant de 1,48 à 1,34 point. La croissance réelle de l'emploi a été inférieure aux estimations, ce qui a entraîné d'une part la révision à la baisse de l'indice et d'autre part, ce qui a également modifié sa dynamique ces derniers mois, indique UBS mercredi dans un communiqué.

Malgré le recul de l'indice, cela n'est absolument pas révélateur "d'une consommation faible", estiment les experts du numéro un bancaire helvétique. En mai, les immatriculations de véhicules neufs ont bondi de 8% sur un an et les dernières données disponibles sur les nuitées d'hôtel de résidents helvétiques affichent une belle augmentation de 10% par rapport à mai 2016.

Il faut toutefois noter que ces deux indicateurs ont profité en mai du fait que les chiffres des mois précédents avaient pâti de facteurs spéciaux.

Salaires réels rognés

Pour le mois de mai, l'indice UBS révèle une croissance de la consommation privée légèrement en dessous de la moyenne à long terme. Les économistes d'UBS s'attendent à une hausse de la consommation des ménages de 1,3% pour 2017.

Selon eux, la consommation devrait bénéficier d'une augmentation de l'emploi et d'un recul du chômage en cours d'année. Toutefois, la hausse des prix à la consommation aura un effet contraire sur l'augmentation des salaires réels qui sera rognée par l'inflation.

L'indicateur UBS de la consommation indique, avec une avance d'un à trois mois par rapport aux chiffres officiels, l'évolution de la consommation des ménages en Suisse. Il est calculé sur la base de l'immatriculation de véhicules neufs, de l'évolution du commerce de détail, des nuitées hôtelières de résidents suisses, de l'indice du climat de consommation et de l'évolution de l'emploi.

Le chiffre d'affaires réalisé avec des cartes de crédit dans les points de vente suisses par le biais d'UBS est également utilisé pour calculer l'indicateur.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS