Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'Indonésie libère une trafiquante de drogue australienne

L'Australienne avait été arrêtée en 2005 avec 2,6 kilogrammes d'héroïne dissimulés sur sa personne (archives).

KEYSTONE/EPA/MICHAEL REYNOLDS

(sda-ats)

Une Australienne membre du gang de trafiquants d'héroïne dit des "Neuf de Bali" est sortie de prison mercredi après 13 années derrière les barreaux. Cette affaire était à l'origine d'une crise diplomatique entre l'Indonésie et l'Australie.

Alors âgée de 41 ans, la seule femme de la bande avait été arrêtée en 2005 au moment où elle tentait de prendre l'avion à l'aéroport international de Bali, destination touristique privilégiée de l'Indonésie. Elle avait 2,6 kilogrammes d'héroïne dissimulés sur sa personne.

Elle avait été condamnée initialement à la perpétuité mais sa peine avait été ramenée à 20 ans de réclusion pour cause de bonne conduite. Entourée par des agents de l'immigration, elle est sortie de la prison de Bangli dans une cohue médiatique vers 17h00 (10h00 en Suisse) puis s'est engouffrée dans une voiture.

Il est vraisemblable qu'elle sera expulsée rapidement. "Nous allons la mettre sur une liste noire qui lui interdira à vie d'aller en Indonésie", a déclaré Agato Simamora, patron des services de l'immigration de Bali.

Meneurs exécutés en 2015

La police de l'État australien de Nouvelle-Galles du Sud a déclaré qu'elle faisait l'objet de deux mandats d'arrêt dans son pays. D'après les médias australiens, elle est recherchée pour une course-poursuite à bord d'un véhicule volé.

Les meneurs australiens des Neuf, Andrew Chan et Myuran Sukumaran, avaient été exécutés en 2015, malgré de vives critiques de l'Australie et de multiples appels à la clémence. Ces exécutions avaient provoqué une crise diplomatique avec Canberra.

Le Français Serge Atlaoui, condamné en 2007 à la peine capitale pour trafic de stupéfiants, devait être exécuté en même temps qu'eux mais avait bénéficié d'un sursis. En juin, un autre membre des Neuf, Tan Duc Thanh Nguyen, est mort en prison d'un cancer de l'estomac. Les cinq membres restants purgent des peines de réclusion à perpétuité.

L'Indonésie, le pays musulman le plus peuplé au monde, a fait de la lutte contre la drogue l'une de ses priorités. Sa législation anti-stupéfiants est parmi les plus restrictives du monde.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.