Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les biscuits suisses ont moins séduit en 2011 qu'en 2010. Le chiffre d'affaires global des acteurs helvétiques de la branche a reculé de 4,8% à 456,9 millions de francs et le volume vendu s'est contracté de 2% à 47'567 tonnes.

L'ampleur du recul du chiffre d'affaires en comparaison avec les volumes est principalement imputable aux exportations, a expliqué mercredi Biscosuisse, l'association suisse des industries de biscuits et de confiserie. Les cours de change monétaires ont pesé.

Les ventes à l'étranger ont ainsi chuté de 11,5% à 130 millions de francs. Leur baisse en volume s'est toutefois limitée à -2,3% pour un total de 16'165 tonnes. Leur part représente toujours un peu plus d'un tiers de l'ensemble.

Les consommateurs allemands restent les plus friands de biscuits suisses, avec une part d'exportation de 45,3%. Suivent les marchés français, autrichien et tchèque, mais avec des parts inférieures à 14%.

6,71 kilos par habitant

Sur sol suisse, les ventes ont diminué de 1,9% à 326,9 millions de francs pour un volume de 31'402 tonnes (-1,8%). La consommation annuelle moyenne par habitant a reflué de 170 grammes pour se fixer à 6,71 kilos.

Le secteur espère que la situation monétaire va se normaliser en 2012, "et que les marchés importants pour les matières premières vont se décrisper". Sur le marché intérieur, les fabricants aimeraient maintenir leurs parts de marché.

Cette statistique prend en compte les biscuits salés et sucrés, les biscottes et pains croustillants, les cakes et barres de céréales, mais aussi certaines fabrications spéciales comme par exemple les produits semi-finis pour desserts.

ATS