Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'industrie suisse du chocolat a légèrement marqué le pas l'an dernier. Si son volume de ventes est resté pratiquement stable, à 176'332 tonnes (-0,1%), son chiffre d'affaires s'est contracté de 3,1% à 1,69 milliard de francs, a indiqué vendredi Chocosuisse.

Le franc fort, la pression des distributeurs sur les prix et un climat de consommation peu enthousiaste sont les principales causes identifiées pour ces résultats en repli par la Fédération des fabricants suisses de chocolat (Chocosuisse), qui regroupe 18 entreprises totalisant 4328 employés.

Chocosuisse voit aussi dans le printemps inhabituellement doux de l'année dernière, ainsi que dans l'été et l'automne plus chauds que la moyenne, une raison qui a vraisemblablement pesé sur les ventes. La fréquentation touristique en recul par rapport à 2010 a également joué un rôle, analyse-t-elle.

11,9 kilogrammes par habitant

En Suisse, la part à la consommation des chocolats d'importation s'est pour sa part à nouveau accrue d'une année à l'autre, à 34%. Elle avait légèrement reculé à 33,2% en 2010, pour la première fois depuis neuf ans.

Chocosuisse a calculé qu'en partant d'une consommation en Suisse de 94'008 tonnes d'articles chocolatiers, y compris les importations mais sans la poudre de cacao ou de chocolat, la consommation moyenne par habitant s'est inscrite l'an dernier à 11,9 kilogrammes. Elle exprime ainsi un recul de 100 grammes par rapport à 2010.

ATS