Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Alberto Mocchi, président des Verts vaudois (centre), à côté de Daniel Brélaz, ex-syndic de Lausanne, transmet les signatures à Vincent Duvoisin, représentant de l'Etat.

KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN

(sda-ats)

Les Verts vaudois ont transmis lundi à l'Etat leur initiative contre l'extraction d'hydrocarbures munie de 14'955 signatures validées. Ce large succès est "un exploit" qui montre une préoccupation qui va au-delà des seuls écologistes, selon Alberto Mocchi.

Président des Verts vaudois, Alberto Mocchi s'est félicité de ce parcours de plus d'un an qui a permis de remettre les paraphes au Service des communes et du logement. "Nous pouvons être fiers de nous", a-t-il lancé, en référence aux 12'000 signatures qui étaient nécessaires.

Vaste écho

La volonté des Verts d'interdire toute extraction d'hydrocarbures dans le canton "n'interpelle pas seulement les écologistes". "Ce n'est pas une lubie de bobos", selon Alberto Mocchi, soulignant que les signatures proviennent de 292 communes vaudoises, "rurales comme urbaines".

Les Verts ont adopté début février leur initiative "Pour un canton de Vaud sans extraction d'hydrocarbures", en relevant que ces pratiques sont "dangereuses et polluantes". Sur sol vaudois, l'extraction du gaz de schiste est soumise à un moratoire depuis 2011, mais "il s'agit d'un simple acte administratif qui peut être levé en tout temps".

Gouvernement trop mou

Selon les Verts, l'avant-projet de loi sur les ressources naturelles du sous-sol (LRNSS), qui va passer "prochainement" en commission, est "trop laxiste". Or "les partis bourgeois veulent aller de l'avant" avec ce texte, a déploré Alberto Mocchi.

Il y aura donc "très probablement" un vote et "nul doute que la population vaudoise nous suive", a jugé le président des Verts. Dans son texte, le Conseil d'Etat entend, jusqu'à présent, donner au département responsable la liberté d'octroyer ou non des permis de recherche ou des concessions.

ATS