Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Alors que le Conseil national doit se prononcer ce mois sur la libéralisation du marché postal, les syndicats et la gauche ont déposé jeudi à la Chancellerie fédérale leur initiative "pour une poste forte". Muni de 110'901 signatures, ce texte veut ancrer le service universel dans la constitution.
L'initiative en donne une définition stricte: un réseau postal couvrant tout le territoire ainsi qu'un accès rapide et facile aux prestations pour tous les habitants. Pour financer ce modèle, elle réclame le maintien du monopole des lettres jusqu'à 50 grammes ainsi que le développement du secteur bancaire de La Poste, en lui permettant de s'étendre au marché des crédits et des hypothèques. Cette banque postale serait détenue à 100% par le géant jaune.
Il y a une année, à l'occasion de la révision de la loi sur la poste, le Conseil des Etats avait approuvé à une très courte majorité (20 voix contre 19) le projet de libéralisation totale du marché concocté par le Conseil fédéral. Mais en mai, la commission préparatoire du Conseil national s'y est opposée, par 12 voix contre 11 et 1 abstention.
Elle propose de retirer de la révision les dispositions relatives à l'ouverture complète du marché et de charger le Conseil d'évaluer les conséquences de l'abaissement, depuis juillet, de la limite du monopole de La Poste sur les lettres de 100 à 50 grammes. Le gouvernement devrait ensuite remettre un rapport sur les mesures à venir.
Menace de référendumLe National tranchera lors de la session qui débute le 13 septembre entre cette idée et la libéralisation totale. S'il opte pour la deuxième solution, "nous lancerons le référendum", a prévenu Alain Carrupt, président du syndicat de la communication, à l'occasion du dépôt de l'initiative.
Fort des quelque 111'000 signatures récoltées en cinq mois, il se dit convaincu que "la population veut une poste présente dans tout le pays". Une libéralisation totale ne profiterait qu'aux grandes entreprises et "les gens ne veulent plus payer pour permettre à des sociétés comme UBS d'envoyer leurs lettres à meilleur prix".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS