Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une image du film "SIB, le film – La bioinformatique suisse en action", réalisé pour les vingt ans de l'institut.

SIB

(sda-ats)

Pour effectuer leur travail, les chercheurs sont de plus en plus souvent contraints d'extraire des informations essentielles parmi des quantités astronomiques de données. L'Institut suisse de bioinformatique (SIB) les assiste dans cette tâche depuis vingt ans.

Pour retracer l’histoire de nos ancêtres, concevoir de nouveaux médicaments ou comprendre ce qui donne son goût unique au gruyère, la bioinformatique est aujourd’hui incontournable. Et la Suisse a fait oeuvre de pionnière dans cette discipline au carrefour de la biologie et de l’informatique.

Basé à Lausanne et financé en grande partie par la Confédération et le Fonds national suisse (FNS), le SIB a été créé le 30 mars 1998 par un petit groupe de pionniers de la discipline en Suisse romande qui étudiaient principalement les protéines, les gènes et leurs fonctions. Depuis lors, les scientifiques s'adressent à l'institut quand ils ont besoin de grandes quantités d'analyses statistiques ou d'un nouveau modèle de calcul pour une problématique particulière.

Les nouvelles technologies font en effet exploser la masse de données disponibles, génétiques, biochimiques ou encore d’imagerie biomédicale, a indiqué le SIB lundi dans un communiqué. Pour pouvoir les interpréter, chercheurs et cliniciens ne peuvent plus se passer de logiciels, d'experts et de centres de calcul de haute performance.

Aujourd'hui, le SIB compte près de 800 scientifiques, dont 200 employés, pour un total de 70 groupes de recherche dans plusieurs cantons. Les activités s’étendent de l’étude de l’évolution à la biologie des systèmes en passant par la santé personnalisée et le "machine learning". Les champs d’applications - agriculture, écologie, nutrition, santé - ne sont pas moins variés.

La Suisse pionnière

La Suisse a été l’un des premiers pays à reconnaître l’importance de ce domaine et à se doter d’une infrastructure nationale, souligne le SIB. L’Europe a suivi, avec la création d’ELIXIR.

Les scientifiques du SIB développent des outils et bases de données biologiques utilisées par des millions de chercheurs à travers le monde. C'est le cas par exemple de la référence mondiale en matière de connaissances sur les protéines, UniProtKB/Swiss-Prot, qui compte plus de 650'000 utilisateurs par mois.

Plusieurs projets verront le jour tout au long de cette année pour faire découvrir la bioinformatique et ses acteurs au public: un jeu pour smartphone, des vidéos, une web-série et un livre mêlant art et science, notamment.

www.sib.swiss/20years

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS