Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Iran a testé "avec succès" une version améliorée de son missile balistique à courte portée Fateh-110 pour vérifier sa capacité à toucher des cibles fixes au sol ou en mer, a annoncé samedi le ministre de la Défense Ahmad Vahidi, selon la télévision d'Etat.

Sans préciser quand ce tir a eu lieu, M. Vahidi a affirmé que le missile a désormais une portée de "plus de 300 km" et peut être tiré sur des "cibles dans le Golfe et la mer d'Oman ainsi que des cibles fixes au sol", rapporte la chaîne publique IRIB.

Dissuasion

Ce missile est une arme "dissuasive", a dit le ministre assurant qu'"il ne serait utilisé que contre ceux qui ont de mauvaises intentions à l'égard de la République islamique d'Iran".

L'Iran mène fréquemment des tests de missiles et des manoeuvres militaires alors qu'Israël et les Etats-Unis n'excluent pas l'éventualité de frappes contre les sites nucléaires iraniens en cas d'échec des efforts diplomatiques des grandes puissances pour convaincre Téhéran de réduire son programme nucléaire controversé.

Seul argument

Les missiles constituent le seul armement de l'Iran capable de frapper des objectifs hors de ses frontières en l'absence d'une aviation moderne ou d'une marine de haute mer assez puissante.

Il n'existe aucune information fiable et précise sur le nombre de missiles que l'Iran possède. Téhéran affirme que sa panoplie comprend une cinquantaine de modèles différents, pour la plupart dérivés d'engins russes, chinois ou nord-coréens.

Selon des experts occidentaux, l'Iran disposerait au moins de plusieurs dizaines de missiles balistiques Shahab 3 et Sejil 2, capables de frapper Israël ou des objectifs américains.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS