Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Mecque sera prise d'assaut dès samedi à l'occasion du hajj (archives)

KEYSTONE/EPA/OMER SALEEM

(sda-ats)

Le président iranien Hassan Rohani a appelé mercredi les pays musulmans à s'unir pour "punir" l'Arabie saoudite pour ses "crimes". La guerre des mots bat son plein entre Téhéran et Ryad, alors que le pèlerinage du hajj débute samedi à La Mecque sans les Iraniens.

"Les pays de la région et le monde islamique doivent coordonner leurs actions pour régler les problèmes et punir le gouvernement saoudien", a déclaré M. Rohani au cours d'un conseil des ministres. Ses propos ont été rapportés par l'agence d'Etat iranienne Irna.

Il a ajouté que "si le problème avec le gouvernement saoudien se limitait au hajj, on aurait peut-être trouvé une solution. Mais ce gouvernement, avec les crimes qu'il commet dans la région et son soutien au terrorisme, verse le sang des musulmans en Irak, en Syrie, au Yémen et quotidiennement bombarde sauvagement les femmes et les enfants yéménites".

Le président iranien a enfin précisé que les pays musulmans devaient coordonner leurs actions pour que "le hajj se déroule" normalement. Les relations entre Téhéran et Ryad se sont dégradées depuis la bousculade qui avait endeuillé il y a un an le précédent hajj, où 2300 pèlerins, dont 464 Iraniens, ont péri, selon des données compilées à partir de bilans des deux gouvernements respectifs.

Instrumentalisation

Les monarchies arabes sunnites du Golfe ont répliqué en accusant mercredi l'Iran chiite de chercher à "politiser" le pèlerinage, dont sont privés cette année les Iraniens.

Le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe (CCG), Abdellatif Zayani, a ainsi qualifié dans un communiqué les propos délivrés lundi par le numéro un iranien Ali Khamenei d'"inappropriés et offensants", ce dernier avant remis en cause la gestion des Lieux Saints de l'islam par l'Arabie saoudite.

"Les pays du CCG rejettent les déclarations successives des hauts dirigeants iraniens contre le royaume saoudien", qui "comportent des accusations et des allégations totalement incompatibles avec les valeurs et préceptes de l'islam", a encore indiqué M. Zayani.

Lundi aussi, le grand mufti saoudien, cheikh Abdel Aziz al-Cheikh, avait répondu que les Iraniens "n'étaient pas des musulmans".

Outre l'Arabie saoudite, le CCG regroupe également Bahreïn, les Emirats arabes unis, le Koweït, le Qatar et le sultanat d'Oman.

Impasse

Autant l'Iran que l'Arabie saoudite ne sont pas parvenus cette année à trouver un accord pour l'envoi des pèlerins iraniens à la Mecque. Samedi, ce sera la première fois depuis presque trois décennies que les pèlerins d'Iran n'y participeront pas.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS