Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Téhéran - L'Iran pourrait échapper à toute mention directe des inquiétudes sur la nature de son programme nucléaire dans la déclaration finale de la conférence sur le Traité de non prolifération (TNP). Selon un projet de texte, la République islamique ne fait l'objet que d'une citation indirecte.
Les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux accusent Téhéran de ne pas se conformer aux engagements du TNP de 1970. Quelque 189 signataires ont effectué une révision de ce pacte sur le contrôle des armements atomiques durant une conférence d'un mois.
Le projet de déclaration finale préparé par le président de la conférence, le Philippin Libran Cabactulan, ne fait référence ni à l'Iran, ni à ses activités sensibles. Il pointe par contre les défauts de l'Inde, du Pakistan et d'Israël, Etats qui n'ont pas ratifié le TNP. Le texte cite en outre la Corée du Nord, qui s'est retirée du TNP il y a plusieurs années et fait l'objet de pressions internationales pour mettre fin à son programme nucléaire.
La République islamique ne fait l'objet que d'une citation indirecte dans ce texte de 29 pages, dont Reuters a obtenu une copie. La conférence "exprime ses inquiétudes devant les cas de non-respect du Traité par des Etats membres", dit ce paragraphe.
En février 2006, le conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique avait adopté une résolution adressée au Conseil de sécurité de l'Onu. Ce texte, que l'Iran avait contesté, affirmait que son programme nucléaire est mené à des fins civiles.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS