Le Prix Jan Michalski 2019 a été décerné mercredi à Zeruya Shalev pour son roman "Douleur". L'écrivaine y explore des déchirures intimes avec pour toile de fond l'évolution de la société israélienne.

Née en 1959 dans un kibboutz en Galilée, Zeruya Shalev vit actuellement à Haïfa. Elle est l'auteure de plusieurs oeuvres de fiction et de poésie ainsi que de deux ouvrages jeunesse. Elle a reçu de nombreux prix, dont le Prix Femina étranger en 2014 pour "Ce qui reste de nos vies".

Séquelles d'un attentat

En 2004, l'écrivaine avait été grièvement blessée dans l'explosion d'un bus lors d'un attentat-suicide. Son oeuvre, traduite en plus de vingt langues, "arpente les terrains en clair-obscur de l'intimité des êtres, les inflexions de la vie amoureuse et familiale, les heurts générationnels", explique la fondation.

"Douleur" dresse "un portrait sensible de femme en quête d'équilibre et de sens et embrasse en écho tout un paysage social où la violence se regarde de l'intérieur". L'héroïne, Iris, voit ses douleurs physiques se réveiller dix ans après avoir été victime d'un attentat.

Drame intime et politique

L'écrivaine, qui a longtemps tenu le contexte israélo-palestinien à l'écart de ses écrits, "explore avec finesse les impacts multiples d'un événement aux origines politiques sur une existence", ajoute le communiqué de la fondation. Le Prix Jan Michalski est doté de 50'000 francs. La lauréate recevra aussi une oeuvre d'art choisie à son attention: cette année, "Bird and Egg", un plâtre de Kiki Smith.

Le Prix Michalski est décerné chaque année depuis 2010. Il couronne une oeuvre de la littérature mondiale. En 2018, il a été attribué à Olga Tokarczuk, qui a reçu en octobre le Prix Nobel de littérature.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.