Navigation

L'Italien enlevé à Gaza exécuté par ses ravisseurs salafistes

Ce contenu a été publié le 15 avril 2011 - 07:22
(Keystone-ATS)

Le militant pacifiste italien enlevé par un groupe salafiste à Gaza a été exécuté par ses ravisseurs. Son corps a été retrouvé dans la nuit de jeudi à vendredi, ont indiqué les services de sécurité du Hamas. Deux des ravisseurs présumés ont été arrêtés.

Les services de sécurité recherchent leurs complices. "L'Italien a été exécuté par suffocation et son corps a été retrouvé dans une rue de la ville de Gaza", a déclaré un porte-parole des services de sécurité du mouvement islamiste qui contrôle la bande de Gaza.

Dans la soirée de jeudi, des militants d'un groupe salafiste palestinien à Gaza avaient annoncé avoir enlevé Vittorio Arrigoni, journaliste, écrivain et militant italien du mouvement pacifiste pro-palestinien International solidarity mouvement (ISM). Ils menaçaient de tuer leur prisonnier à l'expiration d'un ultimatum pour la libération de leurs camarades détenus par le Hamas.

Dans un clip vidéo diffusé sur YouTube, les auteurs de l'enlèvement exigeaient pour le relâcher que le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, libère leurs camarades détenus, citant le chef du groupe salafiste Tawhid wa al-Jihad, arrêté en mars.

Groupe inconnu

"Nous avons enlevé l'Italien Vittorio et nous demandons au gouvernement de (Ismaïl) Haniyeh de relâcher tous nos prisonniers, à commencer par cheikh Hicham al-Soueïdani. Si vous ne répondez pas (...) dans les 30 heures à compter de 11h00 (10h00 suisses) le 14 avril, nous exécuterons le prisonnier", selon un des auteurs de l'enlèvement.

Ces derniers ont dit appartenir, dans la vidéo, au groupe jusqu'alors inconnu des "Brigades du compagnon héroïque (du prophète) Mohammad ben Muslima". Le ministère italien des Affaires étrangères avait confirmé le rapt, disant dans un communiqué avoir "déjà effectué les démarches opportunes pour une intervention visant à le protéger".

Le gouvernement du Hamas a condamné vendredi comme un "crime atroce" le meurtre de l'Italien. Il a promis de "traquer les membres du groupe et de leur appliquer la loi".

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article