Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"J'ai peur que Facebook se soit maintenant transformé en une sorte de monstre, et pas en ce à quoi il était initialement destiné", a indiqué lundi à Genève la rapporteuse spéciale sur la Birmanie Yanghee Lee.

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Facebook a joué un rôle important dans la propagation de discours de haine en Birmanie, selon des experts des droits de l'homme des Nations unies qui enquêtent sur un possible génocide contre les Rohingyas dans ce pays. Le réseau social n'a pour l'heure pas commenté.

"Les réseaux sociaux ont (...) contribué de manière importante à alimenter l'acrimonie, la dissension et le conflit au sein de la population. Les discours de haine en font à l'évidence partie. En ce qui concerne la Birmanie, le réseau social, c'est Facebook", a ainsi affirmé lundi à la presse Marzuki Darusman, président de la mission internationale indépendante d'établissement des faits mandatée par l'ONU.

"Tout passe par Facebook en Birmanie", a renchéri Yanghee Lee, enquêtrice de la mission. "Il est utilisé pour transmettre des messages à la population mais nous savons aussi que les bouddhistes ultranationalistes ont leurs propres pages et se livrent à de l'incitation à la violence et à la haine contre les Rohingyas et d'autres minorités ethniques."

Le mois dernier, Facebook disait oeuvrer régulièrement en Birmanie pour en retirer les discours de haine et désinscrire ses abonnés partageant de tels contenus. "J'ai peur que Facebook ne se soit maintenant transformé en une sorte de monstre, et pas en ce à quoi il était initialement destiné", a ajouté la rapporteuse spéciale.

"Actes de génocide"

Le Haut-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Zeid Ra'ad al Hussein, a dit mercredi soupçonner fortement que des "actes de génocide" aient été commis contre les Rohingyas. Le conseiller birman à la sécurité nationale a réclamé des "preuves claires" à l'appui de ces accusations.

Plus de 650'000 Rohingyas ont fui l'Etat de Rakhine (Arakan) pour rejoindre le Bangladesh depuis que des attaques menées en août dernier par des rebelles Rohingyas contre l'armée et la police birmanes ont provoqué une féroce campagne de répression contre cette minorité musulmane. De nombreux témoignages d'exécutions et de viols commis par les forces de sécurité birmanes ont été recueillis par l'ONU.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS