Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les violences communautaires ont fait de nombreuses victimes ces dernières années en Centrafrique (archives).

KEYSTONE/AP International Rescue Committee/DAVID BELLUZ

(sda-ats)

L'ONU est inquiète des récentes violences communautaires en Centrafrique. Le Haut-commissaire aux droits de l'homme Zeid Raad al-Hussein a appelé mercredi à Genève à une action préventive pour éviter une détérioration importante de la situation.

Il y a une semaine, plus de 20 personnes ont été tuées et 185 blessées après qu'un groupe armé ait attisé la violence et attaqué une église à Bangui. Celui-ci protestait contre une tentative du gouvernement d'arrêter un de ses dirigeants.

Ces attaques ont déclenché des actes de vengeance menés par la communauté chrétienne, notamment l'assassinat de trois civils musulmans. Les violences se sont poursuivies le week-end dernier. Des maisons, des hôpitaux, des églises et des mosquées ont été ciblés dans la capitale.

M. Zeid dénonce "l'incitation à la violence" et redoute que de tels actes puissent s'étendre. Il appelle le gouvernement et la communauté internationale à la vigilance et à prendre des mesures adaptées.

Et de demander d'établir la "responsabilité pénale individuelle" des responsables pour éviter que les groupes armés n'utilisent la population pour perpétrer des violences. Ces affrontements ne doivent pas remettre en cause les efforts de paix facilités actuellement par l'Union africaine (UA), affirme également M. Zeid.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS