Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Etats-Unis ont échoué à faire condamner le Hamas pour les violences à Gaza (archives).

KEYSTONE/EPA/MOHAMMED SABER

(sda-ats)

L'assemblée générale de l'ONU a adopté mercredi à une forte majorité une résolution condamnant l'usage excessif de la force par Israël contre les civils palestiniens à Gaza. Elle a par contre rejeté un amendement américain mettant en cause le Hamas dans ces violences.

Le texte, présenté par l'Algérie, la Turquie et l'autorité palestinienne, a été adopté par 120 voix sur 193, avec huit votes contre et 45 abstentions. Les Etats-Unis avaient opposé leur veto à une résolution similaire il y a deux semaines au Conseil de sécurité de l'ONU.

Le document adopté par l'assemblée générale condamne les tirs de roquettes de la bande de Gaza vers Israël, mais ne mentionne pas nommément le Hamas, qui contrôle l'enclave. L'amendement introduit par Washington pour condamner le mouvement islamiste palestinien n'a pas recueilli les deux tiers des voix nécessaires pour être adopté.

L'ambassadrice américaine, Nikki Haley, a critiqué un texte "à sens unique", tandis que le représentant israélien Danny Danon a dénoncé une "collusion avec une organisation terroriste". Seuls l'Australie, le Togo et cinq petits Etats insulaires du Pacifique ont voté au côté d'Israël et des Etats-Unis contre la résolution.

129 morts en deux mois

Le texte appelle à l'adoption de mesures pour protéger les civils palestiniens, après qu'au moins 129 Palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza par des tirs israéliens depuis la fin mars, début de manifestations le long de la clôture frontalière. Aucun Israélien n'a été tué.

Israël affirme qu'il s'agissait en majorité de combattants du Hamas ou d'autres groupes armés. Les Palestiniens soutiennent au contraire qu'il s'agissait de civils non armés.

La résolution déplore un usage "excessif, disproportionné et indiscriminé de la force par les forces israéliennes contre les civils palestiniens", mais critique aussi "le tir de roquettes de la bande de Gaza contre des zones civiles israéliennes".

Elle charge le secrétaire général de l'ONU António Guterres de préparer des propositions en vue d'"un mécanisme de protection international" pour les Palestiniens à Gaza et en Cisjordanie occupée.

Résolution non contraignante

Ces propositions pourraient aller de la mise en place d'une mission d'observation à une véritable force de maintien de la paix. Chacune de ces options doit toutefois être approuvée par le Conseil de sécurité, où Washington a un droit de veto.

Contrairement à celles du Conseil de sécurité, les résolutions de l'assemblée générale ne sont pas contraignantes et il n'y a pas de veto.

L'assemblée avait tenu un vote tout aussi conflictuel sur le conflit israélo-palestinien en décembre, quand elle avait rejeté la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël et d'y transférer l'ambassade de son pays.

Nikki Haley avait averti à l'époque que Washington était en train de "noter les noms" des pays ayant soutenu la résolution, adoptée à 128 voix contre 9, avec 35 abstentions.

L'impasse persiste au Conseil de sécurité sur les moyens de répondre à la violence. Israël et le Hamas se sont déjà livré trois guerres. L'ONU a averti dernièrement qu'un quatrième conflit pourrait facilement éclater.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS