Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le comité de l'ONU contre la torture a dénoncé mercredi à Genève la pratique systématique de la torture en Syrie. Damas a boycotté la réunion et refusé de présenter le rapport que lui avaient demandé les experts du comité.

"L'instant est grave, très important", a déclaré la corapporteuse du comité de l'ONU Essadia Belmir. "Il y a des charniers que l'on ne connaît pas encore, des lieux de disparitions forcées que l'on est en train de chercher à localiser avec les moyens du bord", a-t-elle dit. La pratique systèmatique de la torture "prend la forme d'une politique publique de l'Etat", a affirmé un autre membre du comité.

Longue liste de violations

Le président du comité Claudio Grossman, également rapporteur pour la situation en Syrie, a cité une longue liste de violations. Les sources en possession du comité "parlent d'exécutions systématiques de civils, d'opérations conjointes des services de sécurité avec ordre de tuer, d'exécutions sommaires, d'utilisation de balles réelles et de snipers contre la population civile, d'exécutions de manifestants non armés", a-t-il dit.

Ces sources évoquent aussi "des tortures lors de transferts de détenus d'un lieu de détention à l'autre, des tortures lors des interrogatoires, des décès en détention, des détentions et tortures de journalistes, et des arrestations arbitraires".

Violence des opposants

Elles font également état "d'agents de services de sécurité déguisés en médecins faisant croire aux blessés qu'ils vont être soignés, alors qu'ils les emmènent pour finalement les soumettre à la torture".

Le 23 novembre, le comité avait demandé un rapport spécial aux autorités de Damas en raison de violations nombreuses de la Convention de l'ONU contre la torture, ratifiée par la Syrie. Damas a contesté l'autorité du comité en affirmant qu'il se basait uniquement sur des allégations et non des faits avérés et a refusé de présenter un nouveau rapport et de participer à la session.

ATS