Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Paz - La Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Navi Pillay, a exprimé mardi en Bolivie sa "préoccupation" pour les procédures judiciaires en cours contre des opposants. Elle a rappelé au pays andin l'importance d'une "justice indépendante".
"Les actions prises contre des membres de l'opposition (de droite) sont un sujet de préoccupation", a déclaré Navi Pillay en conférence de presse à La Paz, au terme d'une visite de cinq jours, au cours de laquelle elle a rencontré les autorités et les milieux politiques, économiques, diplomatiques et sociaux.
"Les individus sur lesquels pèsent des soupçons ne peuvent être suspendus (d'éventuelles charges publiques) mais doivent être soumis à un procès en bonne et due forme", a poursuivi la Haut Commissaire. "Un des trois piliers d'une société démocratique est un pouvoir judiciaire indépendant", a-t-elle souligné.
L'opposition et des milieux indépendants en Bolivie s'inquiètent d'un risque de dérive antidémocratique depuis la réélection du président socialiste Evo Morales, fin 2009, dont le parti contrôle le Parlement et qui a -officiellement à titre temporaire- le pouvoir de nommer les hauts magistrats.
Ils ont également exprimé leur préoccupation sur les poursuites ou enquêtes en cours contre des opposants, le plus souvent pour malversation ou corruption.
Une quinzaine de politiciens de droite ont quitté le pays depuis la victoire de Morales pour échapper à des procédures en cours ou attendues, comme son rival à la présidentielle Manfred Reyes Villa.
Navi Pillay a par contre salué, avec des réserves, un projet de loi contre le racisme, très controversé en Bolivie, notamment par une partie de la presse qui y voit un instrument de censure déguisé.
La législation représente une "avancée historique", mais "l'interdiction de diffuser des idées racistes, si elle n'est pas réglementée de façon adéquate, peut affecter le droit à la liberté d'expression", a déclaré Pillay.
Elle a invité divers secteurs, dont la presse, à participer "avec un esprit ouvert", aux forums publics actuellement en cours sur le libellé de la loi.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS