Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après quatre semaines de travaux, le Conseil des droits de l'homme a convoqué une session spéciale sur les violences commises par le groupe terroriste Boko Haram au Nigeria. La session spéciale sur Boko Haram aura lieu mercredi.

L'Algérie en a fait la demande au nom du groupe africain et a obtenu jusqu'ici le soutien de 20 pays, suffisant pour la convocation de la réunion.

"Les atrocités horribles commises par Boko Haram nécessitaient une action immédiate", s'est félicité vendredi le président du Conseil, l'ambassadeur d'Allemagne Joachim Ruecker. L'ONU devrait demander à cette occasion une enquête du Haut Commissariat.

Boko Haram a été à l'origine de multiples exactions dans le nord-est du Nigeria. Elles ont déplacé au total 1,5 million de personnes et poussé plus de 200'000 civils à fuir la région dans les pays voisins.

Record de durée

Le Conseil a renouvelé pour un an le mandat de la commission d'enquête sur la Syrie. La résolution a été adoptée par 29 voix pour, six contre (Algérie, Bolivie, Chine, Cuba, Russie et Venezuela) et 12 abstentions.

Le texte demande à la commission d'enquête présidée par Paulo Pinheiro de poursuivre son travail pendant une année supplémentaire. Créée en août 2011, la commission d'enquête bat ainsi un record absolu de durée. L'ex-procureure tessinoise du TPIY Carla Del Ponte en fait partie.

Condamnation de l'EI

La résolution "condamne dans les termes les plus forts les actes terroristes commis par l'organisation qui se fait appeler Etat islamique d'Irak et du Levant (Daech), son idéologie extrémiste violente, ses atteintes flagrantes, systématiques et généralisées" aux droits de l'homme et au droit humanitaire.

Elle condamne aussi fermement l'utilisation d'armes chimiques par les autorités de Damas, y compris l'utilisation répétée de gaz de chlore. Elle considère que cette utilisation viole la Convention d'interdiction des armes chimiques.

Les exactions commises par l'EI en Irak ont aussi été condamnées par l'ONU. En outre, le Conseil a décidé de l'envoi d'une mission d'enquête en Libye pour documenter les abus perpétrés depuis le début de 2014.

Droit à la vie privée

La Suisse a en particulier salué la création d'un poste de rapporteur sur le droit à la vie privée, au terme d'un processus qu'elle soutient depuis trois ans, a précisé le Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE). Le Conseil a aussi créé un mandat d'expert indépendant sur l'albinisme.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS