Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ceux qui peuvent fuir Afrine contrôlée par les milices kurdes ont souvent la possibilité d'un dialogue avec celle-ci mais beaucoup sont empêchés de quitter cette ville (archives).

KEYSTONE/EPA/STR

(sda-ats)

La situation dans la ville syrienne d'Afrine, ciblée par les forces turques, "alarme" l'ONU. Outre les victimes, des civils seraient empêchés de fuir cette zone par les milices kurdes, a dit vendredi une porte-parole à Genève.

"Des centaines de milliers de personnes font face à un risque", a dit devant la presse une responsable du Haut-Commissariat pour les droits de l'homme. Ceux qui peuvent fuir ont souvent un dialogue avec quelqu'un parmi les forces kurdes. Et lorsqu'ils atteignent une zone contrôlée par le gouvernement, "ils doivent payer" une "contribution".

Depuis le début de l'offensive turque, "des dizaines d'enfants ont été tués", a ajouté de son côté une porte-parole du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF). Par ailleurs, des indications sur des pillages par les forces d'opposition et sur le recours à des armes contre les forces turques depuis des maisons de civils.

Selon les estimations, 50'000 personnes sont déplacées dans la ville d'Afrine. Près de 8000 ont pu rejoindre des villages ou Alep. A Afrine, "il y a un besoin immédiat d'eau", a dit la porte-parole de l'UNICEF. La responsabilité des coupures ne peut être attribuée dans l'immédiat, selon le Haut-Commissariat.

L'UNICEF a entamé dimanche dernier une distribution, avec 500'000 litres par jour pour 35'000 personnes. Mais celle-ci a "été interrompue" jeudi en raison des affrontements.

Poursuite des combats

Vendredi, au moins 18 civils, dont cinq enfants, ont été tués dans des tirs d'artillerie des forces turques sur Afrine, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). "Il y a des combats à la périphérie nord de la ville", a précisé l'ONG basée en Grande-Bretagne.

L'offensive turque, menée depuis le 20 janvier avec des rebelles syriens, vise à chasser de la région d'Afrine la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG) qu'Ankara qualifie de "terroriste".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS